De plus en plus de mal à maîtriser nos «extraordinaires succès» 

le
0
La prospérité échappe à l'Europe mais devient mondiale, nous vivrons 130 ans, les nouvelles technologies avancent au galop: voilà la crise.

Jean-Claude Trichet n'est pas que l'ayatollah de la croisade anti-inflation. Il lui arrive de s'exprimer comme un moraliste français du Grand Siècle: «Nous avons aujourd'hui à maîtriser des succès extraordinaires, et je ne suis pas spécialement optimiste, car il est très difficile de maîtriser un grand succès», déclarait l'autre week-end le président de la Banque centrale européenne à Europe 1. Et de donner trois exemples : les progrès foudroyants des pays en développement, la longévité (nous gagnons trois mois d'espérance de vie chaque année), les succès déstabilisants de la technologie. Ce sont «des changements profonds qui correspondent à des succès que nous avons désirés mais qui constituent des défis considérables», car ils exigent des efforts énormes d'adaptation.

Telle est la vraie crise, au sens médical du terme de «changement subit et décisif, en bien ou en mal». Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, nous avons créé des institution

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant