De petits Bleus, forcément

le
0
De petits Bleus, forcément
De petits Bleus, forcément

Evidemment, il n'est pas question, au vu du contexte, de se servir de ce match pour affiner la hiérarchie des Bleus en vue de l'Euro. Mais ça reste une sélection de plus pour ce groupe.

Angleterre


Hart (P) : don't go breaking my Hart. Un 45 tour avant de laisser la scène à Butland. Rookie de l'année.

Clyne (R) : des tatouages, une coupe de cheveux modernes, des jambes et du volume.

Cahill (A) : dans le dur à Chelsea, le stoppeur des Blues a terminé le match très perturbé. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas bouclé un match sans encaisser de but.

Stones (Y) : la nouvelle merveille défensive du football anglais. John Terry avec 15 ans de moins. Et le vice en moins, aussi. Sur et en dehors du terrain.

Gibbs (F) : Ryan Giggs low cost. Moins beau, moins fort, moins élégant, moins haut sur le terrain. Moins tout, quoi.

Dier (O) : un couteau suisse. Défenseur reconverti sentinelle avec réussite. Il a rigolé devant son hologramme français. Yohan qui ?

Alli (R) : Prince Alli a vécu un rêve bleu, il n'y croit pas, c'est merveilleux. Un but pour sa première titularisation en équipe nationale, Alli Express. Remplacé par l'homme de verre, Phil Jones, déjà has been.

Barkley (P) : avant, Sir Charles prenait des rebonds incroyables, rendait les Suns sexy et jouait dans Space Jam. Aujourd'hui, il est faussement roux, joue en numéro 10 à Everton et envoie des sacoches du droit. Remplacé par le Christophe Jallet britannique, Shelvey. Monsieur propre.

Sterling (A) : comme Obafemi Martins sur les premiers PES, 99 en vitesse, 99 en accélération, R2 enfoncé H24, tout droit, crochet intérieur, centre et passe décisive. Classique. Remplacé par Lallana.

Kane (R) : Wayne Rooney 2.0. Même talent précoce, même calvitie naissante, on sait déjà comment ça se termine. Remplacé par l'homme aux deux prénoms, Ryan Bertrand.

Rooney (I) : le capitaine, le doyen, le seul qui porte des faux cheveux et balance des volées dans les ficelles.

Wembley (S) : Allons enfants de la Patrie. Le jour de gloire est arrivé ! Contre nous de la tyrannie. L'étendard sanglant est levé. Entendez-vous dans les campagnes. Mugir ces féroces soldats ? Ils viennent jusque dans…























Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant