De Pékin aux agences de notation, la méfiance règne sur la dette américaine

le
0
Premier créancier des États-Unis, Pékin estime que Washington a échoué à désamorcer «la bombe de la dette». L'agence de notation Moody's, moins sévère, s'est contentée d'un avertissement.

Le relèvement du plafond de la dette américaine, mardi soir après un vote du Sénat, n'a pas mis fin aux inquiétudes. Les critiques les plus virulentes émanent du premier créancier des États-Unis, la Chine. Washington a échoué à «désamorcer la bombe de la dette», a asséné l'agence de presse officielle Chine nouvelle mercredi matin.

Pour appuyer ce message, le gouverneur de la Banque centrale, Zhou Xiaochuan, a annoncé que «les réserves de change de la Chine vont continuer à suivre les principes de la diversification des investissements et de la gestion des risques». En clair, la partie des fonds investis en dollars continuera de baisser. «D'importantes fluctuations et une grande incertitude sur le marché des Treasuries auraient un impact sur la stabilité du système monétaire et financier international, et pourraient affecter la reprise économique mondiale», a ajouté le responsable chinois. Pékin a de quoi s'inquiéter : il dispose des plus larges réserves

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant