De nouvelles priorités pour les gestions de Natixis AM

le
0
(NEWSManagers.com) -
Présentée en septembre 2010, la nouvelle organisation des gestions de Natixis AM affiche ses ambitions pour 2011 et au-delà. Le directeur de la gestion taux, Ibrahim Kobar, a indiqué le 24 février, à l'occasion d'une présentation, qu'il souhaitait développer dans les prochaines années le pôle crédit, l'un des cinq pôles de la nouvelle architecture de la gestion taux, aux côtés de la gestion monétaire, de la gestion obligataire euro, de la gestion obligataire internationale et de la gestion assurance.


Avec des encours sous gestion de 6 ou 7 milliards d'euros, le pôle crédit est encore loin derrière l'obligataire euro (20 milliards d'encours environ), le monétaire (55 milliards d'encours) ou encore le pôle historique de la gestion assurance (150 à 170 milliards d'euros).


Le développement du pôle crédit, dont les effectifs ont été renforcés l'an dernier et qui compte désormais 12 analystes, passe par de nouveaux produits, notamment un fonds high yield lancé en novembre 2010 qui devrait être prochainement enregistré en France, ou encore un produit d'arbitrage crédit.


Côté actions, le directeur du pôle, Emmanuel Bourdeix, souligne sa volonté de développer la partie satellite au sein de la nouvelle architecture tripartite (core, thématique et assurance). Sur un encours d'environ 35 milliards d'euros à fin décembre 2010, la partie core représente environ 45% du total, le pôle assurance également autour de 45% et la partie satellite seulement 10%.


Au sein de la poche thématique figurent notamment les stratégies value et opportunités, les petites et moyennes capitalisations européennes, la diversification (immobilier, foncières et matières premières) et l'approche " event driven" , une stratégie de performance absolue autour des situations spéciales dans l'univers des actions européennes. Autre axe stratégique, l'investissement durable, avec une équipe d'une dizaine d'analystes spécialisés dans l'extra-financier et l'objectif de proposer un ISR de conviction pouvant déboucher sur une allocation sectorielle active.

L'idée est aussi d'être beaucoup plus présent à l'international, notamment du côté des marchés émergents, l'Europe émergente bien entendu, mais aussi l'Asie émergente et l'Amérique latine émergente. Dans cette perspective, deux analystes actions Europe ont décidé de développer une expertise sur l'Asie et l'Amérique latine, Emmanuel Bourdeix envisageant le recrutement de spécialistes pour compléter le dispositif.

A plus long terme, les actions internationales devraient figurer au c?ur de l'offre, mais avec un " biais" européen.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant