De nouvelles pièces du Concorde aux enchères

le
0
De nouvelles pièces du Concorde aux enchères
De nouvelles pièces du Concorde aux enchères

Après le grand succès rencontré par la vente de 2007, une mise aux enchères de nouvelles pièces du mythique Concorde aura lieu à Toulouse (Haute-Garonne), la ville qui l'a vu naître.

Du 3 au 5 novembre prochain, à l'hôtel des ventes Saint-Aubin, plus de 1 000 lots du supersonique européen sont au catalogue, estimés entre 15 000 et 10 000 EUR : instruments de bord type anémomètre, pièces mécaniques, de carénage et de tuyauterie, sans compter les nombreux souvenirs d'époque, photos, croquis, vaisselle dédicacée, menus illustrés par Christian Lacroix, et même l'édition du journal « Paris Jour », du 3 mars 1969, consacrée au baptême de l'air de l'avion de ligne. L'appareil ne fut produit qu'en 20 exemplaires et fut un échec commercial, mais il a été le moteur d'importants développements technologiques et stratégiques.

10 000 EUR le machmètre

Des pièces rares de design industriel, comme le lavabo du Concorde, devraient avoir du succès, tout comme une maquette de l'avion dédicacée par son premier pilote, André Turcat, mort en janvier dernier. Une paire de fauteuils est estimée à 2 000 EUR, tandis que quatre machmètres, l'instrument de bord phare mesurant la vitesse, devraient trouver acquéreur à 10 000 EUR pièce. « En 2007, le seul qui était en vente est parti à 26 000 EUR, affirme M e Marc Labarbe, l'organisateur de la vente. J'ai aussi un volant pour la première fois, des maquettes de 4 m de long en bois et métal d'A380 et d'A400, ainsi qu'un service de six pièces dessinées par Andrée Putman. »

Difficile d'estimer les bénéfices de la vente, mais le commissaire-priseur n'est pas inquiet. « En 2007, Airbus avait voulu se débarrasser d'un dépôt de pièces. La vente a atteint 850 000 EUR, souligne-t-il. Nous pensions avoir tout vidé, mais l'avionneur m'a rappelé en 2014. D'anciens salariés, qui avaient pu récupérer des pièces en 2003 quand la commercialisation s'est arrêtée, ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant