De nouvelles installations pétrolières touchées par la grève en Norvège

le
0

Un conflit social a débuté dimanche dernier dans l'industrie du pétrole en Norvège, avec pour revendication la revalorisation des pensions de retraite. La principale compagnie, Statoil, détenue à 67% par l'Etat norvégien, a indiqué mardi 26 juin que quatre plateformes reliées au champ d'Oseberg avaient cessé de fonctionner.

L'Association norvégienne du pétrole (OLF) annonce de son côté que les activités ont également été interrompues dans trois autres champs pétrolifères offshore. "L'impact de cette grève sera nettement plus important que ne le prévoyaient les syndicats", estime le négociateur en chef de l'OLF.

Cette dernière a réévalué le coût du mouvement social à 180 millions de couronnes norvégiennes (24 millions d'euros) par jour, contre 150 millions en début de semaine. Les infrastructures de transport sont désormais concernées, ce qui n'était pas le cas lundi dernier. L'approvisionnement ainsi que les exportations de pétrole et de gaz sont menacées si le conflit était amené à durer.

Au niveau de la production, la réduction est pour le moment de 240.000 barils de pétrole et 11,9 millions de mètres cubes de gaz par jour. La Norvège produit habituellement deux millions de barils de pétrole et 96 millions de mètres cubes de gaz chaque jour.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant