De nouvelles anomalies du développement foetal imputées au Zika

le
0
    NEW YORK, 5 mars (Reuters) - Les foetus de 29% des femmes 
enceintes atteintes du Zika présentent des anomalies graves, 
selon les résultats préliminaires d'une petite étude publiés 
vendredi par le New England Journal of Medicine.  
    Parmi les anomalies en question, les chercheurs qui ont mené 
leur étude auprès de Brésiliennes de Rio de Janeiro, ont relevé 
des cas de mort in utero, de calcification du cerveau, 
d'insuffisance placentaire et d'affections du système nerveux 
central.  
    "Ce sont des femmes qui ont été infectées au premier et au 
deuxième trimestre de grossesse. Nous avons également constaté 
des problèmes au dernier trimestre, ce qui nous a surpris", a 
déclaré le Dr. Karin Nielsen, qui a dirigé l'étude.  
    "Nous avons découvert l'existence d'un lien fort entre Zika 
et grossesses à problèmes qui n'avait jusqu'ici pas été 
documenté. Même si le foetus n'est pas affecté, le virus semble 
endommager le placenta, ce qui peut causer la mort in utero", 
a-t-elle ajouté.  
    Bruce Aylward, chargé des flambées épidémiques et des 
situations d'urgence à l'Organisation mondiale de la Santé 
(OMS), avait auparavant fait état de nouveaux éléments 
accréditant l'existence d'un lien entre le Zika et deux 
affections neurologiques, la microcéphalie et le syndrome de 
Guillain-Barré.      
         
 
 (Bill Berkrot, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant