De nouveaux raids turcs contre le PKK, le Parlement se réunit dans la tension

le
1
De nouveaux raids turcs contre le PKK, le Parlement se réunit dans la tension
De nouveaux raids turcs contre le PKK, le Parlement se réunit dans la tension

Alors que l'aviation turque a mené dans la nuit de mardi à mercredi une nouvelle série de raids contre des bases des rebelles kurdes dans le nord de l'Irak ainsi que dans le sud-est de la Turquie, le Parlement turc se réunit ce mercredi en urgence pour débattre de la « guerre contre le terrorisme » intérieur qui semble prendre le pas sur l'action simultanée lancée vendredi dernier contre le groupe Etat islamique (EI).

Le gouvernement islamo-conservateur, qui a perdu la majorité absolue au parlement à l'issue des élections législatives du 7 juin, se présente devant les 550 députés à Ankara fort du « ferme soutien » exprimé la veille par l'OTAN à la Turquie, même si ses alliés ont estimé que le processus de paix avec la rébellion kurde ne devait pas être sacrifié sur l'autel d'une lutte tous azimuts contre le terrorisme. Le président Erdogan espère obtenir une déclaration commune en faveur de la lutte contre le terrorisme, qui forgerait une « union nationale » autour de son action. Mais une partie de l'opposition accuse le président turc de mener une « stratégie de la tension » en vue d'élections législatives anticipées qui lui permettraient de récupérer sa majorité de l'AKP.

Dans ce climat de tension politique interne, des F-16 turcs ont mené de nouveaux raids dans la nuit de mardi à mercredi contre une demi-douzaine d'objectifs visant nommément « le groupe terroriste » du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). « Des abris, des dépôts, des bases logistiques et des grottes servant au PKK » ont été détruits, selon le communiqué officiel. Depuis vendredi, les raids contre les positions kurdes sont quotidiens. Le PKK a rompu la trêve qu'il respectait depuis 2013, et Ankara a décrété mardi la suspension de facto du processus de paix avec la rébellion.

Après l'attentat de Suruç, imputé par la Turquie à l'EI, qui a donné lieu à une vagues de représailles de la part des Kurdes, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm le mercredi 29 juil 2015 à 14:54

    Les frappes et le raliement contre l'EI n'est qu'un pretexte de la Turquie pour relancer ses attaques contre le PKK. Les US ont bien ete mene en bateau...