De nouveaux radioéléments pour détruire les métastases

le
0
Produits à Grenoble, ces isotopes ne s'attaquent qu'aux cellules cancéreuses.

À quelques mètres du c½ur du petit réacteur nucléaire de l'Institut Laue-Langevin (ILL) de Grenoble, le physicien Ulli Köster tient en main un tout petit sachet en plastique transparent contenant une fine poudre blanche. «Avec cet échantillon d'un quart de gramme, on peut produire assez d'isotopes radioactifs pour traiter cent patients atteints de cancer», explique-t-il.

Depuis deux ans, le réacteur grenoblois, normalement dédié à la production de neutrons pour l'étude de la matière, sert à un usage qui n'avait pas été prévu lors de sa construction à la fin des années 1960 : la production d'atomes radioactifs exotiques utilisés pour de nouveaux traitements ciblés contre des cancers.

La petite poudre blanche est un produit très rare, de l'ytterbium, qui, soumis au flux de neutrons intense du réacteur peut se transmuter en un autre élément, cette fois radioactif, le lutétium 177. Il est utilisé dans des traitements plus efficaces que les chimiothérapie

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant