De nouveaux établissements pour former les enseignants

le
1
LES ENSEIGNANTS FORMÉS DANS DE NOUVEAUX ÉTABLISSEMENTS
LES ENSEIGNANTS FORMÉS DANS DE NOUVEAUX ÉTABLISSEMENTS

VILLEURBANNE, Rhône (Reuters) - Quarante mille candidats intégreront en septembre les nouvelles Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE), des établissements appelés à remplacer les IUFM dans le cadre de la réforme de la formation des enseignants.

"Chacun sait que le facteur le plus important est la formation des enseignants et elle a été totalement abandonnée par la droite ces dernières années", a déclaré Vincent Peillon lors d'un déplacement à Lyon avec Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur.

"On a vu des professeurs arriver sur le terrain pour faire des temps pleins sans aucune formation", a déploré le ministre de l'Education.

Ce nouveau cycle de formation "correspond à la moitié des 54.000 postes créés" dans l'Education, a précisé Vincent Peillon. "On portera en plus la formation continue de 800.000 enseignants".

"Il y aura une collaboration étroite entre les universités et l'Education nationale pour offrir une formation qui sera totalement différente. Elle sera à la fois professionnelle, car enseigner, c'est un métier qui s'apprend, et progressive en s'étalant sur plusieurs années", a plaidé le ministre.

Soucieux de recréer "une communauté éducative", Vincent Peillon promet une collaboration étroite entre les professeurs d'université, ceux de maternelle, du secondaire, des psychologues, des chercheurs, des conseillers d'orientation et des représentants des parents d'élèves.

Geneviève Fioraso a déclaré que l'accent serait mis sur le numérique dans ces nouvelles écoles.

"Les jeunes aujourd'hui sont nés et élevés dans le numérique, ils en ont une connaissance intuitive", a-t-elle dit. "A Harvard, au MIT (Massachusetts Institute of Technology), il y a désormais davantage d'étudiants qui sont diplômés sans avoir mis les pieds à l'université".

La ministre a souhaité que la France rattrape son retard dans ce domaine : « Nous avons pris du retard dans ce domaine, en France et en Europe en général, sauf au Royaume-Uni qui compte déjà une université virtuelle ».

Catherine Lagrange, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le lundi 1 juil 2013 à 19:15

    Vive la république des instituteurs !