De Mendy à Ocampos, l'OM continue de creuser

le
0

Comme chaque semaine, Football365 vous propose de découvrir le onze-type des joueurs qui auraient mieux fait de passer le week-end dans leur canapé.

Il n’y a pas que Gaël Monfils qui en a pris six d’affilée ce week-end. Rémy VERCOUTRE a connu le même sort face au PSG (6-0). Le Caennais, pourtant gardien, a esquivé la frappe de Zlatan Ibrahimovic placée... au milieu de son but. Et le Normand s’est ensuite montré aussi fébrile que ses coéquipiers en encaissant cinq autres pions. Côté défense, on retrouve sans surprise Benjamin MENDY et sa patte gauche de velours. Sa combinaison de centres vers l’arbitre de touche opposé, de contrôles manqués et de relances imprécises lui permet d’intégrer notre sélection. Le latéral droit du GFC Ajaccio, Issiaga SYLLA, recherche encore les reins perdus samedi soir face au LOSC, la faute à Sofiane Boufal. Un meilleur placement lui aurait toutefois évité de s’inscrire au don d’organes, côté receveur. En charnière centrale, Jordan ADEOTI est également titularisé pour avoir été constamment pris de vitesse. En gênant Yahia, son coéquipier, c’est aussi grâce à lui que Paris a ouvert la marque et que Cavani a pu marquer après sa feinte d’interception sur un long ballon parisien. Il est accompagné de Sylvain ARMAND qui, comme à Nice la semaine précédente, aura été dépassé par les contres guingampais dimanche. A la récupération, c’est l’irrécupérable Lucas SILVA qui est de retour. Transversales en tribunes, passes en arrière, transmission ratée pour Cabella amenant le premier but monégasque... Même le Real doit commencer à se demander s’il faut le reprendre. Prince ONIANGUE a été transparent face à Troyes alors qu’il porte habituellement le milieu de terrain de son équipe. Sur les ailes, les Marseillais font la paire. D’abord Lucas OCAMPOS, pour lequel il a fallu vérifier plusieurs fois s’il était bien présent sur la feuille de match tant l’Argentin n’a pas existé. Mise à part une chandelle magnifique dans l’entrejeu, qui pourrait bien finir dans la rubrique bêtisier, il n’y a rien à retenir de son match. De l’autre côté, Bouna SARR a marqué par son impuissance. Tentant tout ce qu’il a pu, il n’a jamais fait la différence devant Raggi, qui est presque apparu plus technique que lui. Pour finir, en pointe, à retenir la performance d’Emiliano SALA, qui n’a gagné quasiment aucun duel de la tête. Après un corner mal tiré, il a permis à Montpellier de tuer le match en gênant la sortie de son gardien. Il faut mettre en avant également le drôle de choix d’Ulrich Ramé, préférant Isaac KIESE THELIN à Cheick Diabaté, meilleur buteur du club (7 buts). Le Suédois a encore une fois été inefficace devant.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant