De Marta, le sourd-muet qui a insulté l'arbitre

le
0
De Marta, le sourd-muet qui a insulté l'arbitre
De Marta, le sourd-muet qui a insulté l'arbitre

Carlos de Marta est entré dans l'histoire du football en 1972. Exclu pour avoir insulté un arbitre argentin, le milieu de terrain d'Estudiantes sera finalement disculpé une semaine plus tard par la commission de discipline, qui possède un argument plutôt recevable : Carlos est sourd-muet.

Nous sommes le 8 novembre 1972. Huracán mène tranquillement deux à zéro, contre Estudiantes de La Plata, lors de la sixième journée du Nacional argentin. À la 44e minute, Wasington Mateo, arbitre de cette rencontre, décide de changer le cours du match. De le transformer en légende urbaine, une de celles qui se murmurent, font le tour de la ville, du pays, puis tombent dans l'oubli. Celle que Carlos De Marta ne pourra jamais raconter. Alors que l'arbitre siffle un penalty évident pour Estudiantes, son juge de ligne l'interpelle. Matéo se rétracte et donne un coup franc aux "Pincharratas". Les joueurs protestent, et les insultes fusent. L'arbitre sort un carton rouge, sanctionnant les protestations véhémentes des hommes de La Plata. L'ailier Carlos de Marta rejoint les vestiaires, sans broncher. Huracán remporte finalement le match cinq à un. Dans son rapport, Mateo justifie l'expulsion : De Marta l'aurait grossièrement insulté. Le joueur argentin est donc convoqué une semaine plus tard par le Tribunal de discipline. Le joueur se rend au 1366 de la rue Viamonte, au siège de la Fédération argentine. Et en sortira sans suspension. Tout simplement, car il n'a pas insulté l'arbitre. Carlos De Marta est sourd-muet.

Lecture et anticipation


Juan Ramón Verón, père de Juan Sebastián et légende d'Estudiantes, se souvient : "C'était un milieu défensif, très habile avec le ballon. Le genre de joueurs qui colmatent les brèches. Sur le terrain, personne ne pouvait se rendre compte de son handicap. Surtout, c'était un immense travailleur. Quand on avait besoin de refaire les exercices trois ou quatre fois ou de répéter les combinaisons, Carlos comprenait bien plus vite." Juan Carlos Andreoni, ami d'enfance et supporter du rival de Gimnasia, précise : "Il a eu un accident lorsqu'il avait sept ans. Il n'est pas né sourd-muet. Il peut prononcer quelques mots, mais c'est quand même difficile pour lui."

Comment fait-on pour jouer au football en tant que sourd-muet ? L'ancien président du "León" raconte : "Malgré toute sa bonne volonté, l'adaptation au métier de footballeur a été difficile pour lui. Il a rapidement appris à lire sur les lèvres. Il comprenait certaines consignes. Le fait qu'il ne parle pas aurait pu générer certains problèmes avec ses coéquipiers, ou avec ses entraîneurs. Mais je n'ai jamais entendu quelqu'un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant