De la peinture «réfrigérante» sur les toits 

le
0
Le prix Pierre-Potier qui récompense une chimie respectueuse de l'environnement a été décerné jeudi à cinq entreprises lauréates.

Si les maisons du village de Sidi Bou Saïd, près de Tunis, ou de l'île de Mykonos, dans la mer Égée, sont peintes en blanc, ce n'est pas seulement pour faire joli. Dans les régions chaudes, comme au Maghreb ou en Grèce, cette pratique millénaire permet, en réfléchissant la lumière solaire, de climatiser l'intérieur des bâtiments, notamment au plus fort de l'été.

Seul problème: l'apparition de salissures et de microchampignons a tôt fait de ternir cette blancheur immaculée. Si bien qu'il faut recommencer l'opération régulièrement, les peintures conventionnelles résistant rarement plus de cinq ans aux outrages du temps. Pour y remédier, le groupe chimique Arkema a mis au point, il y a deux ans, une résine sans solvant qui conserve son pouvoir réfléchissant quasi intact pendant 20 ans, sans entretien, tout en réduisant de 65% les dépenses énergétiques nécessaires à la climatisation du bâtiment.

Baptisé Kynar Aquatec, ce produit «vert» vient d'être pr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant