De la nécessité de bousculer l'ordre établi pour innover

le
4
De la nécessité de bousculer l'ordre établi pour innover
De la nécessité de bousculer l'ordre établi pour innover

LU/RELU. Philippe Silberzahn expose les ressorts de l’innovation de rupture.

Innovation  : le terme fait aujourd’hui florès, à la fois dans les entreprises, dans les allées du pouvoir ou encore sur les campus – sans que l’on sache toujours très bien quels en sont les ressorts. Philippe Silberzahn, professeur de stratégie à l’école de management EM Lyon, chercheur associé à Polytechnique, mais aussi créateur d’entreprise, se penche sur un des aspects de la question – peut-être le moins traité par la littérature managériale : l’innovation « de rupture », qu’il oppose à l’innovation continue, celle qui découle d’un processus régulier d’amélioration.

S’appuyant sur une synthèse des travaux de Clayton Christensen, professeur à Harvard et spécialiste reconnu du sujet, Philippe Silberzahn explique que ce type d’innovations pose un redoutable problème à l’entreprise, surtout lorsqu’elle occupe une position dominante : soit elle mise sur la rupture mais compromet son activité actuelle, soit elle l’ignore mais risque de passer à côté d’un nouveau marché susceptible de prendre le relais du modèle sur lequel elle a construit son succès.

Dans les deux cas, l’entreprise se retrouve perdante. Cruel dilemme, qu’elle peine à affronter. « D’une certaine façon, l’entreprise échoue parce qu’elle est trop bien gérée, trop adaptée à un environnement… qui est en train de mourir », observe l’auteur.

Kodak, coulé pour avoir tardé Nespresso, Apple, le Club Med, IBM… Les exemples abondent, que Philippe Silberzahn cite à l’appui de sa thèse. Le plus significatif d’entre eux...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • doussine il y a 8 mois

    Bugsan vous parlez sans vraiment connaitre ;-)

  • bugsan il y a 8 mois

    Innover en France ? La bonne blague ! Et qui va vous financer ? Ben personne car il n'y a pas d'investisseurs en France. Si vous voulez innover, allez aux USA.

  • janaliz il y a 8 mois

    J'ai cru comprendre que même Renaud, oui le chanteur, pense que Fillon est l'avenir de la France... C'est dire... Heureusement que j'étais assis quand j'ai lu, sinon je risquais une mauvaise chute. Alors les mouvements alternatifs, vous voyez ce que je peux en penser...

  • nayara10 il y a 8 mois

    Nos dirigeants sont de l'époque Stalinienne ...