De la navette autonome au robot nounou, Robosoft invente les machines du futur

le
0
De la navette autonome au robot nounou, Robosoft invente les machines du futur
De la navette autonome au robot nounou, Robosoft invente les machines du futur

Robots nettoyeurs de la Pyramide du Louvre, minibus sans chauffeur déjà testé avec succès dans les rues de La Rochelle, et bientôt robot "nounou": la société Robosoft développe au Pays basque les engins automatisés et autonomes du futur.Chez Robosoft, la grande vedette du moment est "Citymobil 2", une navette électrique de 5 m de long et 1,5 m de large capable d'embarquer huit personnes à une vitesse de 15 à 20 km/h. Le tout sans pédale, ni volant et sans chauffeur, grâce à ses logiciels permettant d'éviter les collisions, qui ont brillamment passé leur examen en début d'année, en transportant pas moins de 20.000 passagers à La Rochelle."Le prototype est opérationnel", assure le "père" de Citymobil, Vincent Dupourqué, PDG de la société implantée à Bidart (Pyrénées-Atlantiques)."L'expérimentation a dépassé nos ambitions. A La Rochelle, où la navette a circulé gratuitement entre l'Université et l'Ancien Port sur une portion de 1,5 km avec cinq arrêts, dès que nous ouvrions un tronçon, ça se bousculait au portillon", assure Vincent Dupourqué, 58 ans.Ingénieur biomédical de formation, ce docteur ès-sciences physiques a créé Robosoft à Paris en 1985 avant de venir s'installer en 1994 sur la côte basque à la suite d'un contrat qui le liait à la société de transports de l'agglomération de Bayonne pour développer un "robot pompiste".Après La Rochelle, Citymobil 2 poursuit sa route à Trikala (Grèce), Sofia (Bulgarie) et Saint-Sébastien (Espagne). Ces expérimentations s'inscrivent dans le cadre d'un projet européen de recherche et de démonstration financé à 75% par la Commission européenne pour développer des systèmes de transport totalement automatisés et autonomes."La grosse attente était sécuritaire. Le risque zéro n'existe pas, mais nous avons démontré qu'il est limité au maximum", indique le PDG."Pour détecter les obstacles, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant