De la cohérence du projet technique du PSG

le
0
De la cohérence du projet technique du PSG
De la cohérence du projet technique du PSG

En matière de résultats, le Paris Saint-Germain réalise un départ canon et se lance vers une quatrième saison riche en trophées. Sur le plan du jeu, en revanche, les hommes de Laurent Blanc ne parviennent pas à épanouir un potentiel qui tutoie pourtant les sommets européens. Faut-il accabler le choix des joueurs ? Le niveau de ces derniers ? Le coaching ? Certes, certaines grandes rencontres des Parisiens se sont décidées sur des erreurs tactiques ces deux dernières années. Mais alors que Laurent Blanc est la cible des critiques, c'est bien toute la cohérence de la stratégie sportive du club qui pourrait être remise en question.

Et si le football était un tango ? Sur la piste, habillé de son costume d'homme autoritaire et charmeur, c'est l'entraîneur qui dirige, donne le tempo et annonce les changements de rythme. Déterminé et convaincu par son idée du mouvement, c'est lui qui persuade sa partenaire de la direction à prendre. Les joueurs, eux, sont cette partenaire chargée de mettre en mouvement ces consignes, de les faire vivre. Ils peuvent y ajouter de la fantaisie, à condition de suivre le rythme dicté. En fonction de leur talent, la danse peut ainsi prendre une dimension plus ou moins fabuleuse, mais l'essentiel est ailleurs : c'est la cohérence entre les consignes données et le potentiel de la partenaire à les réaliser qui décide de la grandeur de la danse. Ailleurs, un beau football est aussi le résultat du mariage entre une idée de jeu et le potentiel des joueurs à la réaliser.

Peu importe le style de la musique, les attaques placées ou les contres éclair, le public apprécie toujours la symbiose, la cohérence, l'intelligence. Au-delà du niveau tactique de l'entraîneur et bien au-delà de la maîtrise technique de ses interprètes, la cohérence prime avant tout : c'est la fameuse " fonctionnalité " des joueurs. Quand Arrigo Sacchi répond à la question " d'où est sorti votre grand Milan ? ", la réponse est claire : " C'est venu grâce à la réunion de nombreux facteurs. Avant tout grâce à un club ambitieux, bien organisé, patient, et aussi compétent, qui nous a fait travailler dans les meilleures conditions possibles. Un club où le projet technique a pu prendre plus de place que les intérêts qu'imposent le merchandising et le marketing, un projet qui a fait comprendre qu'il fallait prendre les joueurs les plus fonctionnels pour le jeu que nous voulions réaliser. "

Boucs émissaires et crise du jeu


Cette saison, le potentiel du groupe du PSG est immense. Verratti, Ibrahimović, Pastore, Di María, Thiago Motta, Thiago Silva, Matuidi, Cavani, Marquinhos, Aurier, Maxwell, Lucas, Lavezzi, Rabiot, Trapp, Sirigu À vrai dire, si ce groupe ne possède pas la qualité et l'expérience pour remporter la C1, qui la possède ? Seulement, sa production collective s'avère décevante. Son apogée ? Le huitième de finale de l'édition 2014 de la Ligue des champions, à Leverkusen. Car depuis, la progression dans le jeu semble enrayée. En une demi-saison, Laurent Blanc avait réussi à imposer des principes…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant