De l'utilité du contrôle parental sur smartphone et tablette

le
0
De l'utilité du contrôle parental sur smartphone et tablette
De l'utilité du contrôle parental sur smartphone et tablette

A l'approche de Noël et des futurs smartphones offerts aux enfants et adolescents, les parents se doivent de connaitre les solutions de contrôle parental qui sont aujourd'hui disponibles. Il ne s'agit évidemment pas d'espionner son enfant, mais bel et bien de contrôler et de limiter dans le temps certains usages. Pour cela, il y a l'embarras du choix.Pour commencer, chaque système d'exploitation mobile dispose d'un mode de restriction des applications. Cependant ce n'est évidemment pas aussi abouti et personnalisable que ce que peut proposer une application dédiée.

Les opérateurs proposent quant à eux généralement leurs propres solutions, à l'image d'Orange avec son contrôle parental (sous Android uniquement) ou encore de SFR avec sa solution FAMiLY! Coach. Là encore, c'est souvent assez limité. De son côté, Bouygues propose désormais en option le service premium reconnu "Parents dans les parages". Il s'agit là de l'une des solutions de contrôle parental les plus abouties du moment, valable aussi bien sur ordinateur que sur terminaux mobiles.

Une sélection de contrôles parentaux sous Android et iOS

A raison de 3 euros par mois (ou 29 euros par an), Parents dans les parages propose de protéger jusqu'à 10 appareils différents, pilotables à distance depuis n'importe quel appareil connecté à Internet. Il propose un filtrage Internet breveté, lequel détecte et bloque les sites inappropriés en fonction de l'âge de l'utilisateur, mais gère aussi les applications autorisées ou non. Le programme contrôle en outre le temps d'utilisation des appareils de chaque enfant inscrit.

Découvrir Parents dans les parages : parentsdanslesparages.com

De son côté, le contrôle parental de Qustodio reprend le même principe, à savoir proposer un tableau de bord résumant l'activité de chaque enfant référencé selon le type de matériel et d'applications utilisés. Pour chacun d'entre eux, des limites d'utilisation peuvent évidemment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant