De l'utilité de la langue de bois

le
0
De l'utilité de la langue de bois
De l'utilité de la langue de bois

C'est aussi énervant qu'utile. La langue de bois permet au monde du football de parler, sans jamais rien dire. Remplir le devoir de communication, sans trop se mouiller. Et ça ne date pas d'hier.

Il a beau se forcer, se la jouer "poker face", les propos de Didier Deschamps ne collent pas à son humeur. Ce léger rictus, cette décontraction, cette légèreté sont en opposition avec ce qu'il s'apprête à dire sur ses nouveaux adversaires de l'Euro. Et ça ne loupe pas. La Suisse : "Ça reste une grande nation, c'est l'adversaire le plus dangereux." L'Albanie : "On ne sera plus surpris par la qualité de cette équipe." Et la Roumanie : "On les connaît moins que les deux autres équipes, mais on a vu leur parcours et leur défense, qui est la meilleure des qualifications…" Et quand on lui demande s'il pense que le tirage de la France est clément, "aisé" comme a pu le dire Patrick Kanner, ministre des Sports, DD se braque et boise son discours encore plus qu'il ne l'était déjà : "Je ne sais pas, chacun à son avis. Il faut analyser, ce n'est pas tout de dire qu'on va jouer contre des équipes avec peu d'expérience. Ça pouvait être pire, c'est vrai… Mais ça pouvait être mieux aussi." Sans aller jusqu'à dire qu'elle passera à coup sûr, est-ce vraiment si dur de constater que les statistiques sont du côté de la France ?

Aux origines de la conférence de presse


En fait, c'est plus compliqué que cela. La prudence extrapolée est à mettre en lien avec la médiatisation du foot. Dans les années 70, les journalistes ont un accès assez libre aux dirigeants et aux joueurs. Et voici pourquoi, selon Paul Dietschy, historien du ballon rond : "J'ai rencontré Eugène Saccomano, dinosaure de la profession, et il m'a dit que la relation avec les joueurs, les dirigeants étaient finalement plus intime avant, parce qu'il y avait moins d'enjeux financiers et moins de médias." C'est donc à partir des années 80, surtout au début des années 90, que le football commence à instaurer le système centralisé d'interview, intimement lié à l'augmentation des spectateurs. Et qui dit conférence de presse, dit langue de bois. La conférence de presse, aujourd'hui, c'est une façon de mettre une distance, de contrôler la communication à cause notamment de la multiplication des médias.

Jérôme Rothen optimiste pour…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant