De l'or, des rires, des larmes, c'était chouette, Rio

le
0
De l'or, des rires, des larmes, c'était chouette, Rio
De l'or, des rires, des larmes, c'était chouette, Rio

ET LAVILLENIE A CRAQUÉ

Stade olympique, le 16 août. Sifflé par le public brésilien en montant le podium olympique, Renaud Lavillenie ne peut retenir ses larmes. La veille, il avait parlé d'un « public de merde » après l'incroyable concours du saut à la perche remporté par le Brésilien Thiago Braz dans une ambiance hostile envers le Français jugée « inacceptable aux Jeux olympiques » par Thomas Bach, le président du CIO. Lavillenie, qui avait dû s'excuser pour sa comparaison malvenue avec Jesse Owens aux Jeux de 1936, sera même longuement réconforté par Sergueï Bubka.

 

LES LARMES D’UNE LÉGENDE

Stade aquatique olympique, le 13 août. Voilà, c’est fini ! Michael Phelps quitte définitivement la scène, à 31 ans. Sur une dernière victoire avec le 4 x 100 m 4 nages, son 5e or à Rio (1 argent en plus), son 23e titre olympique (pour 28 médailles aux Jeux en tout). Sur quelques larmes, aussi, qui ajoutent une touche d’émotion à sa légende.

 

L’OR DE GLOIRE DE NEYMAR

Stade Maracana, samedi. Après trois échecs en finale, le Brésil, accroché par l’Allemagne (1-1 à la fin du temps réglementaire), son cauchemar du Mondial 2014, décroche enfin le seul titre qui manquait à son palmarès. Neymar inscrit le tir au but de la délivrance et libère tout un stade dans une ambiance indescriptible. Et annonce, dans la foulée, qu’il ne souhaite plus être le capitaine de l’équipe A du Brésil.

 

LA FRAYEUR VAN VLEUTEN

Fort de Copacabana, le 7 août. La Néerlandaise Annemiek Van Vleuten était seule en tête et la médaille d’or en cyclisme sur route lui était promise. Puis dans un virage, ce fut la chute sur une bordure en béton. L’inquiétude devant ce corps immobile. Verdict : sévère commotion cérébrale et trois microfractures à la colonne vertébrale.

 

INIMITABLE BOLT

Stade olympique, le 17 août. En demi-finale du 200 m, Usain Bolt (à dr.) s’offre un petit échange ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant