De l'importance de Cruyff au Real Madrid

le
0
De l'importance de Cruyff au Real Madrid
De l'importance de Cruyff au Real Madrid

Longtemps, le FC Barcelone a couru derrière le Real Madrid sans jamais le rattraper. Un sentiment d'infériorité qui prend fin dès l'arrivée de Johan Cruyff en 1974 et qui n'a cessé de décroitre au gré des exploits du Hollandais. Et ce jusqu'à marquer profondément le fanion merengue.

Certains se plaisent à marquer de leur emprunte les grands rendez-vous. D'autres, plus rares, préfèrent les écrire. Johan Cruyff est de cette dernière caste. Et en donne l'illustration lors de son premier Clasico. Un classique du football espagnol, daté du 17 février 1974, qu'il marque de son emprunte. Alors que le Barça, sans trophée depuis quatorze piges, et dont la morosité est devenue l'état d'esprit, pulvérise le Real Madrid dans son Chamartin par une manita passée à la postérité. "Je n'étais encore un gamin, mais la voix du commentateur radio me revient. J'avais l'impression que le ciel venait de lui tomber sur la tête. Et à en croire mon père, c'était le cas", se remémore Rafael Martin Vazquez, madridista depuis le berceau. De cette débâcle historique, de nombreuses légendes populaires en découlent. Du fantasme à l'état pur qui confirme tout de même une théorie : plus que l'histoire du FC Barcelone, Johan Cruyff marque également celle de l'ennemi juré qu'est le Real Madrid. Un constat que certifie Miguel Angel Nadal : "Rarement dans l'histoire du foot un joueur a autant pesé sur l'histoire du club rival".

"C'était notre plus grande motivation : battre Cruyff"


Avant même qu'il ne foule le sol espagnol, Johan Cruyff y change les règles. Néerlandais de naissance, le règlement de la fédération espagnole, succursale des services franquistes, lui interdit de participer à la Liga. Un refus administratif qui met dans tous ses états le président du Mes que : armé de ses meilleurs avocats, Agusti Montal espère démolir les raisons avancées par le pouvoir à travers un rapport sur les oriundi - joueur étranger disposant d'une supposée descendance espagnole. Un an plus tard, en 1973, le rapport remis par ses sbires fait mouche et lève l'interdiction. Sans le savoir, Johan Cruyff vient de bousculer la loi en vigueur outre-Pyrénées et ouvre la frontière aux étrangers. L'anecdote prête à sourire mais "change à jamais le visage du championnat, et donc du Real Madrid", dixit Rafael Martin Vazquez. Ce changement, Johan Cruyff n'en a cure lorsqu'il débarque à Barcelone du haut de ses 26 ans. Avec ses cheveux longs assumés et ses tenues vestimentaires osées, il détonne dans un pays adepte de la polémique en tout genre. Surtout, sa présence sur les…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant