De l'histoire d'amour de Diego Simeone

le
0
De l'histoire d'amour de Diego Simeone
De l'histoire d'amour de Diego Simeone

Les histoires d'amour doivent-elle toujours finir mal ? Dans le bonheur ou dans les pleurs, l'histoire fusionnelle entre l'Atlético Madrid et Diego Simeone devra bien se terminer un jour. Alors que la troupe affamée du Cholo revient dans une compétition qui l'a fait rêver plus que jamais la saison dernière, quelle peut-être la suite de l'aventure ? Un mariage pour toujours ? Une rupture soudaine ?

Le jour d'après
Imaginons. Ce soir, l'Atlético Madrid du Cholo s'incline de justesse à Leverkusen, et ne parvient pas à arracher autre chose qu'un match nul à domicile dans quelques semaines au match retour. Le Vicente-Calderón, qui rêvait de nouvelles épopées européennes, meurt avec les muscles contractés. Pas de nouvelle finale de Ligue des champions. Pas même de nouvelle victoire en Ligue Europa, parce que c'est trop tard. En Liga, l'équipe est déjà larguée par les voisins prétentieux et les Catalans présomptueux. Inévitablement, le reste de la saison s'annonce amer, sans titre ni saveur. En plus, Griezmann et Mandžuki? se sont blessés sur un coup de tête simultané en tentant de marquer dans les cages vides à l'ultime seconde. Saison terminée pour les deux recrues. Et pourtant, le ballon a dépassé la ligne et aurait dû offrir la qualification aux Madrilènes, mais l'arbitre ne l'a pas vu.

Car au même moment, Spahi? découpait la barbe et le genou d'Arda Turan d'un tacle aiguisé à l'autre bout du terrain. Carton rouge, but refusé, et saison terminée pour le Turc, sorti le menton et le ménisque en sang. Une triste histoire de destinée, de malchance et d'acharnement pour un club qui a bien trop bousculé l'ordre du football mondial ces dernières années. Mais le pire est à venir. Noyé dans cet immense cocktail de cruauté, Diego Simeone sort sous les sifflets de son propre stade, dégoûté par le dépit qui sort de la bouche de ces 55 000 enfants qu'il avait adoptés en décembre 2011. Expulsé pour avoir taclé Stefan Kiessling sur une contre-attaque allemande au coup de sifflet final, Simeone a dépassé les limites. Il a déçu les siens, il leur a même fait un peu honte. Et pourtant, il "n'a pris que le ballon", dira-t-il plus tard en conférence de presse, incrédule. Le lendemain, la démission est inévitable. Simeone vient chercher ses affaires et laisse l'Atlético seul au Calderón, dans l'amertume et le vide que fait respirer l'absence du chef absolu. Évidemment, le temps de quelques rumeurs, les Colchoneros s'exciteront à l'idée de vivre leur vie de célibataire. Mais la réalité rattrapera vite les fantasmes. Et l'Atlético ne sera plus jamais le même.
Lune de miel sans fin
Si ce scénario est si difficile à imaginer, et pourtant en phase avec l'histoire tortueuse de l'Atlético Madrid, c'est parce que Diego...





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant