De jour comme de nuit, la chasse au Pokémon bat son plein aux Etats-Unis

le
0
De jour comme de nuit, la chasse au Pokémon bat son plein aux Etats-Unis
De jour comme de nuit, la chasse au Pokémon bat son plein aux Etats-Unis

Il est près de minuit, mais Roland James Rodas n'hésite pas. Il saute de son lit, sort de chez lui avec un seul but: attraper un Pokémon nocturne, qui rôde non loin de là.Edith Duro a interrompu son dîner pour chasser un de ces petits monstres et Nick B. --qui a refusé de donner son vrai nom-- a dû faire des pieds et des mains pour atteindre un "PokéStop" niché dans une propriété privée de Nob Hill, un quartier huppé de San Francisco. Le lieu de ravitaillement "se trouvait dans l'arrière-cour d'une propriété privée et on a dû grimper dans un parking non loin de là pour être assez près et l'atteindre", raconte le jeune homme, qui, tout en racontant ses aventures, poursuivait sa chasse devant la mairie de la ville. Depuis que Pokemon Go est sorti la semaine dernière des scènes similaires se répètent partout où le jeu est disponible, aux Etats-Unis bien sûr mais aussi en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Europe.La version XXIè siècle de ce jeu qui a conquis les cours de récréation du monde entier il y a deux décennies, se joue désormais non plus avec des cartes à jouer mais sur son téléphone portable. Grâce à la géolocalisation et à l'appareil photo incorporé, la myriade de monstres aux pouvoirs magiques apparaît superposée à l'environnement réel, ce qu'on appelle la réalité augmentée.Et depuis c'est la folie."J'avais entendu parler de jeu de réalité augmentée mais je n'avais pas bien compris ce que ça signifiait avant que ce jeu ne sorte", raconte Roxanne Cook, en chasse dans un parc pendant sa pause déjeuner."C'est fascinant, super intéressant et marrant", lance-t-elle.- Tout le monde joue -M. Rodas, âgé de 23 ans, a passé son week-end à jouer, ne s'arrêtant que pour dormir (un peu), manger et surtout recharger son téléphone pour pouvoir continuer la traque."Toute le monde joue", se réjouit le jeune homme et d'ajouter: "cela faisait longtemps que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant