De hauts responsables iraniens aux discussions sur le nucléaire

le
0

DUBAI, 21 février (Reuters) - Le directeur de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) et l'un des frères du président Hassan Rohani sont partis samedi pour Genève, à la veille de l'ouverture de négociations avec les pays du groupe "P5+1" sur le programme nucléaire de Téhéran, ont rapporté plusieurs médias officiels. Des discussions ont débuté dès vendredi entre des représentants iraniens et américains à Genève, dans le but affiché de trouver une issue à 12 ans de tensions sur les ambitions nucléaires de la République islamique, soupçonnée par l'Occident de vouloir se doter de l'arme atomique, ce que réfute Téhéran. Ces pourparlers bilatéraux doivent s'ouvrir dimanche au reste du "P5+1" (les autres Etats membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l'Allemagne) et porter sur l'encadrement des activités nucléaires iraniennes en échange d'un allégement des sanctions économiques internationales. L'échéance initiale de novembre 2014 n'a pas pu être tenue et la date-butoir fixée au 30 juin ne laisse que relativement peu de temps pour résoudre des questions cruciales, principalement sur les capacités d'enrichissement d'uranium iraniennes et le calendrier de l'allègement des sanctions. Ali Akbar Salehi, le directeur de l'OIEA, et Hossein Fereydoon, frère et proche conseiller du président Rohani devraient donc participer aux discussions. PLUS CRÉATIFS "La présence de Fereydoon est motivée par la nécessité d'entamer des consultations et d'assurer la coordination nécessaire tout au long de la session actuelle de discussions à Genève", a déclaré un responsable du ministère iranien des Affaires étrangères. "Genève est aujourd'hui l'épicentre de la diplomatie américano-iranienne sur les questions nucléaires en suspens", a-t-il ajouté. Le chef de la diplomatie iranienne, Javad Zarif, doit en outre s'entretenir dimanche à Genève avec le secrétaire d'Etat américain, John Kerry. Le chef de la diplomatie a déclaré samedi que Washington voulait un accord pour le 30 juin. Ali Akbar Salehi a rencontré le secrétaire américain à l'Energie, Ernest Moniz, samedi après-midi pour des discussions techniques, a rapporté l'agence Irna. Le responsable iranien a étudié au début des années 1970 au Massachusetts Institute of Technology (MIT) où enseignait alors Ernest Moniz, a rapporté le quotidien semi-officiel iranien Tabnak. Selon un récent rapport de l'Onu, l'Iran a respecté un accord avec le P5+1 en renonçant à procéder à de nouveaux tests de modèles plus efficaces d'équipements de raffinage d'uranium. Le négociateur iranien Abbas Araqchi a déclaré à la télévision publique, après une première séance de discussions avec des représentants américains, que les deux parties étaient "à la recherche de moyens plus créatifs pour accélérer les discussions". "Après un an de négociations sur un large éventail de sujets, nous sommes maintenant sur le point d'entrer dans les détails précis. Notre objectif est que l'accord final inclue à la fois le cadre général et les détails. Nous allons donc devoir entrer dans le détail dans tous les domaines et à chaque étape", a-t-il ajouté. (Mehrard Balali, Marc Angrand pour le service français, édité par Danielle Rouquié)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant