De fortes collectes sur l'obligataire au deuxième trimestre derrière l'hémorragie des monétaires

le
0

(NEWSManagers.com) - Le marché des fonds de droit français marque le pas. A 771,356 milliards au terme de ce deuxième trimestre, les encours sous gestion ont diminué de 0,4% selon le bilan de la gestion collective qu'Euro performance-SIX Telekurs diffuse ce matin à ses abonnés. Compte tenu de la progression constatée au cours des trois trimestres précédents, le fournisseur de données indique néanmoins que les actifs sous gestion ont progressé sur douze mois glissants, de l'ordre de 3%, soit environ 22,1 milliards d'euros supplémentaires.

Sans grande surprise, les fonds de trésorerie sont très largement responsables de ce coup d'arrêt. Les rachats nets de 15,244 milliards pour cette classe d'actifs et la variation négative de son encours de 12,491 milliards expliquent les sorties nettes pour l'ensemble du marché de 12,205 milliards et la baisse de l'encours de 2,898 milliards. En effet, hormis quelques classes d'actifs comme celle des fonds diversifiés qui a, pour sa part, enregistré une décollecte nette de 1,705 milliards d'euros, toutes les autres grandes catégories ont à la fois collecté et bénéficié d'un effet marché positif. Exemple : la classe d'actifs obligataire a enregistré de fortes souscriptions nettes - avec un apport de 3,68 milliards - tout en profitant d'un effet marché de 1,520 milliards. Pour les fonds actions dans leur ensemble, l'inverse prévaut : les souscriptions nettes ne représentent que 523 millions d'euros tandis que l'effet performance est de... 6,572 milliards. Au final, au 30 juin, ces données sont responsables d'une progression de 4,185 milliards pour la catégorie obligataire et de 6,570 milliards pour la catégorie actions, ces deux classes d'actifs représentant respectivement 98,585 milliards et 217,465 milliards sur les 771,356 milliards.

Derrière ces données générales, Europerformance relève des différences sensibles au sein des sociétés de gestion. Y compris pour la classe d'actifs monétaires. Ainsi, Contrairement aux autres filiales de gestion des réseaux bancaires en situation de rachats nets sur le trimestre, BNP Paribas AM se distingue en ayant collecté. La société de gestion enregistre un apport de 1,4 milliard d'euros. CM-CIC Asset Management recueille également un peu moins de 500 millions d'euros. Côté assureurs, Swiss Life AM (France) dont la collecte atteint près de 300 millions d'euros, fait aussi exception.

Dans un contexte favorable aux fonds de la classe obligations, les filiales bancaires, tirent aussi leur épingle du jeu. Notamment Amundi qui collecte près de 1,5 milliard d'euros auquels il faut ajouter plus de 600 millions d'euros pour la filiale du groupe, BFT Gestion. Parmi les spécialistes indépendants, Edmond de Rothschild AM, avec près de 340 millions d'euros collectés, et Carmignac Gestion, avec 230 millions d'euros reçus, figurent parmi les plus grands bénéficiaires. A noter également, que des " petits" , à l'instar d' Axiom Alternative Investments (130 millions d'euros), captent également des sommes importantes.

Au sein de la classes d'actifs actions, " BNP Paribas AM et Amundi AM, avec près de 200 millions d'euros et 120 millions d'euros collectés respectivement, figurent en bonne place, de même que Aviva Investors France (+180 millions d'euros), seul assureur dans le haut de ce tableau" indique Europerformance. Cela étant, les plus grands bénéficiaires restent les spécialistes de la classe d'actifs tels que DNCA Finance (plus de 420 millions d'euros collectés) devant d'autres sociétés comme Metropole Gestion, Financière de l'Echiquier, Moneta AM et le " quant" TOBAM.

Dans les catégories fonds " Diversifiés" , où les fonds d'allocation mixte subissent des sorties importantes (2,4 milliards d'euros), ce sont une nouvelle fois les spécialistes comme DNCA Finance qui affiche les meilleures collectes avec 500 millions d'euros rassemblés par sa gamme de fonds. A l'inverse, Carmignac Gestion continue de perdre des parts de marché sur ce segment, indique Europerformance.

Enfin, dans un autre genre, la gestion passive au deuxième semestre s'est une nouvelle fois très bien comporté. En chiffres, ces fonds ont attiré des flux nets de 1,8 milliard d'euros sur le trimestre. Plus précisément, toutes classes d'actifs confondues, " les opérations menées sur les ETF auront rassemblé 2,1 milliards d'euros de souscriptions nettes sur le trimestre" , relève le fournisseur de données, alors que, dans le même temps, les fonds de gestion traditionnelle de type indiciel auront enregistré 515 millions d'euros de sorties nettes.

L'encours des ETF affiche une formidable progression de +8,5%, à 50,3 milliards d'euros sous gestion. Lyxor AM continue de capter la majeure partie des flux de collecte (1,3 milliard d'euros), de même que les gammes de fonds d' Amundi (de l'ordre de 430 millions d'euros) et de Theam (environ 150 millions d'euros). En détail, la gamme obligataire de Lyxor AM a attiré des souscriptions, de l'ordre de 250 millions d'euros ce trimestre et, via sa gamme actions, s'érige en grand vainqueur de la collecte avec plus de 1,1 milliard d'euros entre avril et juin. De son côté, l'offre actions de Theam aura rassemblé près de 210 millions d'euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant