De faux avis de disparition créent la polémique

le
0
De faux avis de recherche fleurissent depuis le début du mois dans plusieurs villes de France.
De faux avis de recherche fleurissent depuis le début du mois dans plusieurs villes de France.

De Lille à la Seine-Saint-Denis en passant par la Moselle ou La Rochelle, de curieux avis de recherche sont placardées depuis une dizaine de jours, relate Le Parisien. Sauf qu'en bas des affiches signalant les disparitions de Loïc Demarais, 25 ans, Olivia Demaro, 31 ans, ou encore Aurélie Schmitt, 25 ans, un même numéro de téléphone portable apparaît. Or, non seulement ce dernier paraît inactif - il ne répond jamais et aboutit sur la messagerie d'une certaine Amélie - , mais aucun des disparus ne fait l'objet d'un signalement en police ou en gendarmerie et aucun avis de recherche officiel n'a été lancé.Un phénomène jugé suffisamment mystérieux pour que le parquet de Poitiers, où un certain Julien Bento se serait volatilisé, ouvre une enquête. Au terme de laquelle il s'est rapidement avéré qu'il s'agissait d'un canular. Le parquet tente désormais de retrouver l'auteur des affiches et d'en savoir plus sur ces supposés disparus. "C'est dégueulasse" S'agit-il d'une campagne choc ? C'est en tout cas ce que semble suggérer le profil professionnel des prétendus disparus : régisseur, technicien lumière, maquilleuse, guitariste. La piste d'un happening mené par les intermittents du spectacle est évoquée.Ces derniers dénoncent en effet depuis des mois la réforme de leur statut, notamment la refonte de leur système d'assurance chômage. Les syndicats d'intermittents, comme la CGT spectacle ou le CIP-IDF, affirment de leur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant