De Colo encore en taille patron

le
0
De Colo encore en taille patron
De Colo encore en taille patron

Après un été rythmé par l'échec durant les Jeux de Rio avec l'équipe de France, Nando Do Colo a repris, en Europe, son rythme de croisière qui était le sien l'année dernière.

Malgré la défaite à Istanbul face à Darussafaka (91-83), la première du CSKA en Euroligue cette année, Nando De Colo a, une nouvelle fois, fait parler la poudre. Auteur d'un match plein (17 points, 7 passes et 5 rebonds), l'arrière français confirme un peu plus le statut qui est devenu le sien en Europe l'année dernière. Champion d'Europe, meilleur marqueur, MVP de la saison régulière et du Final Four de l'Euroligue, le Nordiste a attaqué cette saison d'Euroligue sur les chapeaux de roue. Après sept journées, le CSKA Moscou est déjà en tête de la nouvelle formule avec 13 points. Et c'est en partie grâce au talent du Bleus. De Colo, c'est déjà près de 21 points de moyenne (deuxième marqueur de la compétition) et deux titres de MVP lors des journées 3 et 6. Alors que la NBA lui avait de nouveau fait les yeux doux pour un retour dans la ligue nord-américaine après son année exceptionnelle, le Français a bien fait de rester en Russie. « Tout se passe bien à Moscou. J'ai les responsabilités et l'impact dans le jeu que je souhaite avoir et les objectifs me conviennent ». Son entente avec Milos Teodosic fait des merveilles et des étincelles. Et c'est tout le club moscovite qui se frotte les mains de pouvoir compter sur des génies comme ces deux-là. « Nando est un exemple pour tous, les jeunes, les joueurs confirmés et ses coéquipiers avec lesquels il cohabite très bien, a confié son coach, Dimitris Itoudis dans le quotidien L'Equipe. Il est surtout très à l'aise dans le système qu'on a mis en place. Et c'est bien pour ça qu'on l'a resigné cet été ». Le CSKA pour oublier Rio Avec dix millions d'euros par an, le natif de Sainte-Catherine a de quoi voir venir. Mais l'argent ne remplace pas les déceptions et celle de Rio est encore présente. Les échanges par médias interposés avec Nicolas Batum sont là pour le prouver même si les deux tentent de trouver une explication à ces Jeux complètement ratés. Deux joueurs qui vont devoir prendre le leadership de l'équipe de France après le départ à la retraite de Tony Parker, Flo Piétrus et Mike Gelabale. « Nando doit être le leader de l'équipe de France. Maintenant que Tony est parti, si quelqu'un peut prendre le relais, c'est lui. Il n'y en a pas d'autres, avec Boris (Diaw) en grand frère », considère Thomas Heurtel à l'Equipe. Le moment de prendre une nouvelle dimension et de valider une carrière déjà riche en trophées.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant