De Borloo à Taubira, les Pokémon rares de la présidentielle

le
0
Valérie Pecresse et Xavier Bertrand. Les deux barons LR réservent leur jugement.
Valérie Pecresse et Xavier Bertrand. Les deux barons LR réservent leur jugement.

Métamorph, Artikodin, Electhor, Sulfura, Mew, Mewtwo? Si ces noms ne vous disent rien, c'est sans doute que vous ne jouez pas à Pokémon Go sur votre smartphone. Ils désignent des Pokémon rares, les plus difficiles à trouver.

Les primaires, celle de la droite et du centre comme celle de la gauche, ont aussi leurs Pokémon rares. À droite, ils s'appellent Jean-Louis Borloo, Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand. À gauche, ils se nomment Christiane Taubira ou Nicolas Hulot. Tous les candidats, qui recherchent leurs soutiens, savent à quel point ils ou elles se font désirer.

À droite, Jean-Louis Borloo a d'ores et déjà annoncé qu'il ne soutiendra aucun candidat. Certes, le fondateur de l'UDI ira voter à la primaire, mais il choisira en fonction des projets portés par les impétrants et pas question, jure-t-il pour le moment, d'apporter son soutien public à l'un d'entre eux : « Ce n'est pas un casting (?). Un président ou une présidente, ce n'est pas un super chef de gouvernement (?). Moi, ce qui m'intéresse, c'est de voir quels sont les six ou sept grands enjeux qu'une majorité, avec un président, propose. Ce ne sont pas les programmes qui m'intéressent, ce sont les projets. » Cette posture, ô combien défendable, ajoute à la rareté de son éventuel soutien. Entre les deux tours de la primaire, par exemple, pour peser dans le duel Juppé-Sarkozy ?

Des barons qui n'en pensent pas moins

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant