DCNS envisage de prendre une part minoritaire dans STX-PDG

le
0
    * DCNS regarde "de près le dossier" STX - PDG 
    * L'Etat pourrait faire appel à DCNS pour prendre le 
contrôle de STX 
    * Pas de participation majoritaire envisagée à ce jour-PDG 
 
 (Actualisé avec propos du PDG) 
    PARIS, 12 octobre (Reuters) - Le constructeur naval 
militaire DCNS regarde "de près" l'opportunité de prendre une 
participation dans les chantiers navals STX de Saint-Nazaire 
mais n'envisage pas d'en devenir l'actionnaire majoritaire, a 
déclaré mercredi son PDG Hervé Guillou. 
    Libération a écrit lundi que l'Etat français pourrait faire 
appel à DCNS pour devenir l'actionnaire majoritaire des 
chantiers navals de Saint-Nazaire, rachetés par le groupe coréen 
STX  011810.KS  en 2008. STX a été placé en redressement 
judiciaire début septembre et la procédure prévoit la cession de 
sa participation dans les chantiers.    
    "Pour ce qui me concerne aujourd'hui, je ne vois pas DCNS 
devenir actionnaire majoritaire seul de STX", a dit Hervé 
Guillou lors d'une conférence de presse avant le salon Euronaval 
qui se tiendra au Bourget, près de Paris, à partir de lundi. 
    DCNS ne connaît pas suffisamment le marché de la croisière 
et n'a pas les moyens nécessaires pour financer les énormes 
variations de trésorerie liées à ce secteur, a-t-il ajouté, 
précisant que le groupe cherchait en priorité à être en capacité 
de produire des navires plus gros qu'actuellement. 
    Quelle que soit la solution choisie pour la reprise de STX, 
DCNS défendra ses accords avec le groupe, destinés en 
particulier à pouvoir construire le successeur du 
porte-hélicoptères BPC ou un nouveau porte-avions et à assurer 
des exportations à partir de la France. 
    "Nous veillerons à ce que (...) ce partenariat qui est 
stratégique pour nous et pour la France puisse être respecté et 
pérennisé", a ajouté Hervé Guillou, précisant que DCNS n'avait 
pas forcément besoin d'entrer au capital de STX pour ce faire. 
    Dans l'un des scénarios étudiés, l'italien Fincantieri 
 FCT.MI , déjà intéressé par STX France, pourrait être associé à 
l'Etat français et à DCNS, selon Libération.  
    DCNS, dont l'équipementier Thales  TCFP.PA  détient 35%, 
vise à moyen terme une marge opérationnelle de 5% à 8% et, d'ici 
dix ans, un chiffre d'affaires de cinq milliards d'euros, dont 
la moitié à l'international et 15% à 20% dans les énergies 
marines renouvelables. 
    L'Australie a annoncé fin septembre avoir signé un premier 
contrat de conception de sous-marins avec le groupe français 
DCNS, entré en avril dernier en négociations exclusives pour une 
vente s'élevant au total à 34 milliards d'euros.   
    DCNS a porté plainte contre X fin août pour abus de 
confiance après la révélation d'une fuite massive de documents 
concernant ses six sous-marins Scorpène destinés à l'Inde et le 
parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, selon une 
source judiciaire.   
    Hervé Guillou a fait état de discussions "quasiment 
journalières" avec le gouvernement australien pour préparer les 
prochaines étapes de la méga-commande envisagée, en premier lieu 
le contrat d'étude d'ici six mois. 
    "Même l'histoire un peu triste des publications illégales 
n'a entamé en rien la confiance", a-t-il observé, réaffirmant 
qu'aucune information classifiée n'avait été divulguée. 
    Selon une source gouvernementale française, DCNS avait été 
apparemment victime d'un vol de documents et non d'une fuite, 
ajoutant qu'il était peu probable que des données classifiées 
aient été dérobées.   
 
 (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant