Dayot Upamecano, le mur du futur ?

le
0
Dayot Upamecano, le mur du futur ?
Dayot Upamecano, le mur du futur ?

Dayot Upamecano, un nom qui ne parle qu'aux supporters de Valenciennes et aux fans de Football Manager. Six mois après son départ du Nord pour la deuxième division autrichienne, on l'a retrouvé.

Dayot Upamecano, c'est un nom unique et une trajectoire tout aussi surprenante… aux premiers égards. Ce joueur fait partie de la génération née après le sacre de France 1998 qui commence à fouler les pelouses en tant que professionnel. Véritable pépite, il a mis l'Europe à ses pieds grâce à la maturité de son jeu. "C'était une surprise, en arrivant à Valenciennes, je pensais m'y installer pour quelques années"Dayot UpamecanoUnited, City, la Juve, le PSG entre autres le veulent. "Je ne m'y attendais pas, c'était un choc, mais je ne me suis pas mis la pression, je suis resté patient" analyse aujourd'hui le défenseur. Oui mais voilà... La demande est forte et le joueur de Valenciennes fait finalement ses bagages à l'été 2015, direction… l'Autriche. "C'était une surprise, en arrivant à Valenciennes, je pensais m'y installer pour quelques années." Loin de la Ligue 2, c'est en deuxième division autrichienne que le natif d'Evreux découvre le monde professionnel.

Donner des ailes


"On y voit de tout, des clubs aux structures solides qui descendent comme des promus où c'est plus folklo.". Sous les couleurs du FC Liefering, il fait ses grands débuts et compte, après 19 journées de Erste Liga, 11 titularisations dans la charnière centrale de ce club pas comme les autres. Le FC Liefering est la propriété de Red Bull. "C'est pas toujours facile, on joue contre des adultes, ils ont le physique, l'expérience et le vice"Dayot UpamecanoSa mission ? Donner des ailes aux jeunes joueurs qui arrivent du monde entier. Au final, quand on regarde l'effectif, on a plutôt l'impression de voir le trombinoscope d'une colonie de vacances façon Erasmus : 14 nationalités présentes et surtout un seul joueur âgé de plus de 21 ans, Isaac Vorsah. "L'ambiance est bonne, ils m'ont bien accueilli, on rigole bien ensemble". Pour ce club qui ne peut prétendre à la montée, un défi physique a lieu à chaque match contre les vieux briscards de l'antichambre de la Bundesliga. "C'est pas toujours facile, on joue contre des adultes, ils ont le physique, l'expérience et le…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant