David Robinson, "Captain America"

le
0
David Robinson a été intronisé en 2009 au Hall of Fame ? le panthéon du basket américain ? au même moment que Michael Jordan.
David Robinson a été intronisé en 2009 au Hall of Fame ? le panthéon du basket américain ? au même moment que Michael Jordan.

En 1987, sept ans avant les Jeux olympiques de Barcelone, la planète basket a déjà les yeux rivés sur l'Espagne où se disputent les Championnats du monde. L'équipe américaine remporte le titre en s'imposant en finale contre l'URSS (85-87). Dans la formation victorieuse, un seul joueur, alors âgé de 21 ans, connaîtra également les joies de faire partie sept ans plus tard de la « fameuse » Dream Team : David Robinson. Un pivot de 2,16 mètres qui sait imposer ses muscles dans la raquette tout en faisant preuve d'une fidélité sans faille à son club (les San Antonio Spurs) et à la bannière étoilée.

Le collectif à tout prix

Né en août 1965 d'un père membre de la Navy, le jeune David Robinson déménage au gré des affectations du chef de famille. Membre de l'équipe de basket de son lycée, il ne séduit pas les universités et décide de rejoindre la « United State Naval Academy » dans le Maryland. Jamais la Navy n'avait eu dans ses rangs un aussi bon joueur. David Robinson y gagne son ticket pour la NBA, qu'il rejoint en 1987 avec les Spurs de San Antonio et son surnom « l'Amiral ». 

Le pivot s'impose dans le championnat et se bâtit un sacré palmarès : après quatorze saisons, il cumule deux titres NBA, dix participations au All-Star Game* et devient le seul joueur avec Kareem Abdul-Jabbar à avoir remporté les titres de meilleur scoreur, meilleur rebondeur et meilleur contreur de la ligue. En prenant sous son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant