David Pastel (Pastel & Associés) : « Nous restons concentrés sur la valeur intrinsèque de chaque entreprise »

le
0
La défiance actuelle offrira des opportunités aux investisseurs patients selon David Pastel, gérant-analyste et PDG de Pastel & Associés, qui recherche la valeur « intrinsèque » des entreprises pour se positionner.

En tant que gérant-analyste, comment réagissez-vous aux évènements actuels qui font vaciller les marchés ?

David Pastel : Nous suivons attentivement la situation sans céder à la panique. Un dérèglement monétaire international durable pourrait remettre en question notre opinion actuelle plutôt optimiste concernant la reprise de l'économie réelle. Mais il est important de remettre les choses en perspective. Si la crise grecque est très préoccupante pour les ménages grecs, les montants en jeu représentent moins de 1/10e de ceux évoqués pendant la crise immobilière américaine.

Tout de même, les inquiétudes sur le fonctionnement et la viabilité de la zone euro vont croissantes. Ne faut-il pas redouter une nouvelle chute des marchés européens liée aux inquiétudes sur les dettes souveraines, malgré l'adoption du plan d'aide à la Grèce ?

D.P : C'est une crise de confiance importante, il ne s'agit pas de la nier, mais il n'y a pas pour le moment de défaut de la Grèce et encore moins de sortie en perspective de la zone euro. Pour nous, cette crise peut au contraire offrir des opportunités d'investissement car certains fonds devant la baisse des marchés liquident des valeurs qui ne sont pas touchées par la crise pour faire face à des besoins de liquidités.

Justement, en tant que stock-picker partisan d'une gestion de long terme, vous affichez un track record appréciable, notamment grâce à votre fonds Valeur Intrinsèque (+46,5% sur un an au 6 mai 2010, +36,2% sur 5 ans). Pouvez-vous nous rappeler votre méthodologie d'investisseur ?

D.P : Nous faisons une analyse financière approfondie pour déterminer les valeurs qui seront capables de générer du profit à long terme. Plutôt que de nous focaliser sur des prévisions de marchés forcément aléatoires en fonction du contexte macroéconomique, nous préférons rester concentrés sur les fondamentaux de chaque entreprise, leur valeur intrinsèque. Nous adoptons une logique d'investisseur propriétaire en essayant de comprendre pourquoi le cours d'une valeur s'écarte momentanément de sa valeur intrinsèque et présente alors une opportunité d'achat.

Comment déterminez-vous cette valeur intrinsèque ?

D.P : Nous avons notre propre méthode de calcul déterminée en fonction de notre objectif de retour sur investissement. En fait, la valeur intrinsèque d'une entreprise correspond à la somme actualisée de ses revenus futurs estimés, en l'occurrence ses free cash flows. L'idée est de comprendre pourquoi des entreprises gagnent de l'argent et continueront d'en gagner à moyen et long terme. Nous n'hésitons pas à investir dans une société quand son cours est inférieur ou égal à ce que nous pensons être sa valeur intrinsèque. C'est une valeur plancher. Pour autant, nous ne sommes pas des pures gérants « value » car nous prenons aussi en compte la pérennité des business model à long terme, la décote boursière n'étant pas forcément une opportunité d'achat si le secteur dans lequel l'entreprise évolue présente de mauvaises perspectives à long terme.

Quelles valeurs vous intéressent en ce moment ?

D.P : Notre portefeuille change assez peu dans la durée. Nous possédons toujours des pépites comme Randstad, le groupe de travail temporaire, le finlandais Uponor spécialisé dans le matériel de plomberie, ou deux valeurs britanniques dédiées à la distribution de composants électroniques : Premier Farnell et Electrocomponents. Du côté des valeurs françaises, nous avons du Sodexo, ou du Vicat. Ces valeurs présentent actuellement des valorisations très raisonnables.

Propos recueillis par Julien Gautier


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant