David Cameron fait de nouveau cavalier seul

le
0
La Grande-Bretagne se dit favorable à une Europe à deux budgets, l'un pour l'UE, l'autre pour la zone euro.

L'ironie n'a échappé à aucun des ministres des Finances venus lundi soir à Luxembourg. En donnant cyniquement sa bénédiction à l'idée d'un budget resserré aux seuls pays de l'euro, David Cameron vient d'ouvrir à grand fracas un débat crucial sur ce qui manque le plus à la monnaie commune: la dimension budgétaire, scellée dans une loi de finances commune, voire dans un trésor unique.

Tout le monde l'a compris, le premier ministre eurosceptique cherche avant tout l'intérêt financier de la Couronne lorsqu'il entrevoit une Europe à deux budgets. L'un à l'échelle des 27 et solidement plafonné sous la menace d'un veto britannique. L'autre sans le Royaume-Uni, pour les 17 de l'euro qui pourraient investir à loisir dans leur nouvelle entreprise.

Pas dupe, le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, y voit une preuve de plus du désengagement de Londres trente ans à peine après l'adhésion voulue par un autre premier ministre conservateur, ­Edward Heath. «Ceux qu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant