David, 23 ans, un hacker "blanc" auxiliaire de la police de Charleville

le
0
David, 23 ans, un hacker "blanc" auxiliaire de la police de Charleville
David, 23 ans, un hacker "blanc" auxiliaire de la police de Charleville

David Debut, 23 ans, se revendique hacker mais "blanc", pacifique, sans intention de nuire et pour la bonne cause. Ce petit génie de l'informatique a choisi la sienne: il aide la police de Charleville-Mézières (Ardennes) à traquer les déviances sur les réseaux sociaux.Avec son air juvénile et quelques ressemblances avec le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg, il ne fait pas son âge. On l'imagine volontiers lycéen rivé à son ordinateur comme beaucoup de jeunes de son âge.Apparence trompeuse: c'est bien un génie de l'informatique mais il a fondé il y a quelques années sa société, Cianet, dont le but est de conseiller les entreprises face aux risques d'internet. Il assure avoir de nombreux clients et, dit-il, en "vit bien"."J'ai fait toute ma scolarité à Charleville", explique David, "puis je me suis lancé". "Je suis un vrai hacker, j'explique à mes clients comment ils peuvent être facilement piratés et comment se protéger, j'interviens s'ils sont piratés"."Je suis un hacker blanc", ajoute-t-il aussi, un "pacifiste" qui pirate "pour la bonne cause", contrairement aux hackers noirs, les délinquants, ou gris, entre les deux, ce que les férus d'internet nomment entre eux les "white hat" (chapeaux blancs) ou "black hat" (noirs).Bénévole dans des associations comme l'Unicef, il a décidé un jour de frapper à la porte de son commissariat de police en expliquant pouvoir les aider à prévenir et traquer les risques sur internet. L'idée lui en est venue après ses années de lycée, en observant ses camarades autour de lui.Sa démarche rencontre celle de la brigadier chef Isabelle Bernier-Anciaux. Elle fait dans la prévention et est référent police dans les établissements scolaires de cette ville tranquille de 50.000 habitants, mais avec quelques quartiers sensibles. "Utiliser les talents" "On a fait un binôme", dit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant