Dati se range derrière "NKM" à l'approche du vote UMP à Paris

le
1
RACHIDA DATI VOTERA POUR "NKM" À LA PRIMAIRE UMP DES ÉLECTIONS MUNICIPALES DE PARIS
RACHIDA DATI VOTERA POUR "NKM" À LA PRIMAIRE UMP DES ÉLECTIONS MUNICIPALES DE PARIS

PARIS (Reuters) - Rachida Dati a annoncé mardi qu'elle voterait Nathalie Kosciusko-Morizet à la primaire UMP pour la municipale à Paris, un geste envers son ex-rivale dans un climat de querelles internes.

L'ex-ministre de la Justice, maire du VIIe arrondissement de Paris, avait annoncé son retrait de la course à la primaire fin avril, expliquant notamment que "NKM" avait d'ores et déjà été choisie par "les médias et le système".

"Nathalie a mon soutien, elle le sait", a déclaré Rachida Dati sur BFM TV et RMC Info. Priée de dire explicitement si elle allait voter pour son ancienne collègue du gouvernement Fillon, elle a répondu : "Oui".

Le premier tour de la primaire aura lieu du 31 mai au 3 juin par vote électronique avant un éventuel second tour du 7 au 10 juin. L'inscription sur les listes des électeurs, qui devait initialement prendre fin ce mardi, a été repoussée au 3 juin pour tenter d'en accroître le nombre.

Le nombre d'inscrits approche les 15.000 selon les derniers pointages.

Quatre candidats sont en lice : Nathalie Kosciusko-Morizet, les conseillers de Paris Jean-François Legaret et Pierre-Yves Bournazel, et le conseiller régional Franck Margain (Parti chrétien-démocrate, associé à l'UMP).

Un cinquième candidat, Chenva Tieu, secrétaire national de l'UMP, a été déclaré inéligible pour une durée d'un an le 24 mai par le Conseil constitutionnel en raison d'une anomalie dans ses comptes de campagne pour les législatives de 2012.

"METTRE FIN À LA MACHINE À PERDRE"

Cet entrepreneur de 50 ans s'est rangé derrière Nathalie Kosciusko-Morizet, estimant qu'il s'agissait de "la meilleure personne pour battre Anne Hidalgo", la candidate socialiste à la succession du maire sortant Bertrand Delanoë en 2014.

Favorite des sondages, Nathalie Kosciusko-Morizet voit sa campagne malmenée par l'aile droite de l'UMP, notamment par son vice-président Guillaume Peltier, pour s'être abstenue lors du vote parlementaire sur le mariage homosexuel et prôner une "alliance civile" pour alternative.

L'entourage de la candidate craint un "sabotage" du vote des primaires par l'extrême droite et l'ensemble des opposants au mariage homosexuel, de même que par les plus droitiers des militants UMP parisiens.

"Au lieu de nous battre entre nous, ça serait bien de savoir pourquoi cette primaire ne mobilise pas, pourquoi il n'y a pas d'engouement", a commenté Rachida Dati.

"Peut-être que c'est un problème de personne, de projet, de visibilité, de crédibilité", a-t-elle avancé, ajoutant paradoxalement au fiel qui s'instille dans la campagne.

Le député-maire de Paris Claude Goasguen a de nouveau appelé mardi à "briser le cycle magique de la division parisienne et (à) mettre fin à la machine à perdre parisienne".

"NKM représente bien la majorité parisienne, je trouve que le procès d'intention qu'on lui fait est trop fort", a-t-il dit au Talk Orange-Le Figaro.

Pour Anne Hidalgo, pas de doute, "ce sera Nathalie Kosciusko-Morizet". "Il faut arrêter de parler de suspense", déclare-t-elle mardi dans "20 Minutes".

"Mais ce n'est pas parce que l'on est une femme que l'on est dans le camp des progressistes", ajoute-t-elle.

Marine Pennetier et Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le mardi 28 mai 2013 à 13:09

    Anne Hildalgo ou Cause toujours Moricette c'est blanc bonnet, bonnet blanc elles sont toutes les deux socialistes