Dassier : « Labrune doit avoir le courage de partir »

le
0

Président de Marseille entre 2009 et 2011 et prédécesseur de Vincent Labrune, Jean- Claude Dassier est revenu sur la situation de crise du club phocéen, ce lundi dans les colonnes du Figaro. Il estime que l’actuel président de l’OM doit avoir le courage de partir.

Jean-Claude Dassier connait bien l’Olympique de Marseille. Mais surtout, celui qui fut président du club entre 2009 et 2011 connait très bien Vincent Labrune, l’homme qui lui a succédé à la présidence et a qui aussi largement provoqué son départ. Alors avant de commenter la situation actuelle du club phocéen dans les colonnes du Figaro, le journaliste a tenu à mettre les choses au clair. « Tout le monde va penser que je suis revanchard et que je donne des leçons de l'extérieur mais je m'en fous, j'ai tourné la page et je suis revenu à mon métier de base. Diriger l'OM, ça laisse forcément quelque chose alors je réagis un peu comme un membre de la famille », se justifie-t-il.« J'ai vraiment du mal à regarder Marseille cette saison. L'équipe est tellement décevante. La situation est vraiment dramatique », souffle Jean-Claude Dassier, au lendemain du match nul entre l’OM et Bordeaux dans un Vélodrome bouillant de colère (0-0, 33eme journée de Ligue 1). Depuis plusieurs semaines, la démission de Vincent Labrune est réclamée. Outre son attitude distante avec les fans olympiens, ces derniers lui reprochent sa mauvaise gestion du cas Marcelo Bielsa, parti au soir de la première journée en août dernier. La semaine dernière, après une longue réunion à Zurich avec l’actionnaire du club, Margarita Louis-Dreyfus, Michel a été maintenu à son poste d’entraîneur contre l’avis de Vincent Labrune. Un désaveu qui symbolise le fait que le président marseillais n’a plus aucun pouvoir selon son prédécesseur.

« Margarita Louis-Dreyfus doit aussi assumer son rôle »

« Vincent Labrune n'est pas responsable de tout mais il y a un moment, si vous avez des difficultés avec votre actionnaire, soit vous tapez du poing sur la table, soit vous partez, explique Dassier. Depuis cinq ans, c'est un peu trop souvent n'importe quoi à l'OM. Quand j'entends dire qu'il organise un tournoi de billard alors que les tribunes sont au bord de l'émeute, cela équivaut à un bras d'honneur en disant: ‘‘Allez-y j'en ai rien à foutre!’’ C'est un garçon qui connait et aime le football mais avec lui, c'est toujours de la faute du voisin. Il doit se regarder dans la glace et avoir le courage de partir. Cela ramènerait au moins un peu de calme dans la maison. A sa place, je partirais. »Margarita Louis-Dreyfus est elle aussi dans le collimateur des supporters de l’OM. Dimanche, dans les virages du Vélodrome, de nombreuses banderoles visaient directement la propriétaire du club, à qui l’on reproche son incapacité à injecter des fonds. « C'est aussi à elle d'assumer son rôle car elle a sa part de responsabilité dans cet échec, juge l’ancien président de Marseille. J'ai ramené Margarita au stade Vélodrome et j'ai rendu son honneur au nom de Robert Louis-Dreyfus et à sa famille. Ce fut l’une de mes fiertés en tant que président de l'OM. Aujourd'hui, elle ne peut plus mettre un pied au stade. Quand le propriétaire ne peut plus venir au stade, c'est qu'il y a un vrai problème, non ? »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant