Dassault : les propos piratés restent en ligne

le
0
Le tribunal autorise Mediapart à laisser sur son site des enregistrements captés à l'insu de l'industriel.

Le tribunal correctionnel de Paris a débouté, vendredi, Serge Dassault. Le sénateur (UMP) demandait à la justice de condamner Mediapart à supprimer de son site en ligne des bribes d'enregistrements réalisés à son insu, dans l'un de ses bureaux, au motif qu'elle constituait une atteinte à sa vie privée. Sur ces passages choisis, on entend notamment le propriétaire du Figaro déclarer: «Là, je ne peux plus rien donner. Je ne peux plus rien sortir, c'est interdit (...). Je suis surveillé par la police» et «moi, j'ai tout payé, donc je ne donne plus un sou à qui que ce soit. Si c'est Younès (un individu soupçonné de tentative d'homicide, NDLR), démerdez-vous avec lui.»

Le site d'information, défendu par Mes Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman, estime qu'on peut voir dans ces propos isolés une preuve qu'il existait à Corbeil-Essonnes, vil...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant