Dassault juge "difficile" l'objectif de livrer 60 Falcon en 2016

le
0
    GENEVE, 23 mai (Reuters) - Dassault Aviation  AVMD.PA  juge 
"difficile" son objectif de 60 livraisons de jets Falcon cette 
année du fait du ralentissement de la demande dans certains pays 
émergents, comme la Chine, et dans les pays producteurs de 
pétrole, a déclaré lundi à Reuters son PDG Eric Trappier. 
    L'avionneur, en concurrence avec l'américain Gulfstream 
(General Dynamics  GD.N ) et le canadien Bombardier  BBDb.TO , 
avait fourni cet objectif en mars après n'avoir livré en 2015 
que 55 jets au lieu des 65 prévus. 
    "Je suis raisonnablement optimiste sur le fait qu'on arrive 
à livrer 60 (avions) mais cela reste un objectif difficile dans 
l'environnement mondial actuel", a dit Eric Trappier lors de la 
journée presse du salon des jets Ebace, qui ouvre ses portes 
mardi à Genève. 
    "Le début de l'année a été assez plat, cela a été un peu 
meilleur ces jours-ci", a-t-il ajouté, disant espérer une 
amélioration au second semestre, notamment grâce à l'entrée en 
service du nouveau Falcon 8X. 
    En Chine, les mesures d'austérité et le ralentissement 
économique a pesé sur la demande, a précisé Eric Trappier, 
ajoutant que les marques d'intérêt des prospects laissaient 
espérer un rebond. 
    La reprise du marché s'esquisse déjà au Brésil, touché par 
une crise économique et politique, tandis que le ralentissement 
reste perceptible dans les pays du Golfe et la Russie, privés 
d'une partie de leurs recettes pétrolières, a-t-il ajouté. 
    Dans un marché en manque de visibilité, où seules se 
distinguent vraiment l'Amérique du Nord et l'Europe du Nord, 
Dassault Aviation ressent de fortes pressions sur les prix dans 
toutes les régions et sur toute sa gamme, a poursuivi Eric 
Trappier. 
    "Il y a une guerre des prix", a-t-il dit.     
    Dassault Aviation a également confirmé l'entrée en service 
en 2020 du 5X, son autre nouveau jet retardé par des difficultés 
du moteur de Snecma (groupe Safran  SAF.PA ).   
    Cédric Goubet, le responsable des avions civils chez Snecma, 
a précisé de son côté à Reuters que le motoriste était "en 
ligne" avec le nouveau planning et que les solutions techniques 
étaient déployées sur le moteur sans nouveaux problèmes. 
 
 (Cyril Altmeyer, édité par Dominique Rodriguez) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant