Dassault Aviation : un retard à rattraper

le
0
Assemblage d'un Falcon 8X. (© Dassault Aviation)
Assemblage d'un Falcon 8X. (© Dassault Aviation)

Consécration boursière pour l’avionneur familial, porté par l’élargissement de son flottant depuis la sortie accélérée d’Airbus Group de son capital. Deux mois après avoir été admis dans le SBF 120, l’action rejoint l’indice MSCI World le 30 novembre prochain. En repli de 9% depuis le début de l’année et de 22% par rapport à son sommet absolu touché le 13 février 2015, le titre reste pourtant mal orienté.

Surtout, depuis l’été 2015, la trajectoire boursière de Dassault Aviation s’est totalement décorrélée de celle de Thales, détenu à hauteur de 25%. Alors que le cours du groupe d’électronique civile et militaire vole de record en record malgré un doublement en l’espace de seulement deux ans, le cours du fabricant du Rafale reste largement distancé. Faut-il profiter de cette anomalie ?

Le marché des avions d’affaires sous pression

Nous pensons que c’est le moment de revenir sur cette valeur en retard. Dassault Aviation démontre la pertinence de son modèle dual, qui permet d’atténuer les aléas conjoncturels. Le marché des avions d’affaires (gamme Falcon) est encore sous pression, même si la dégradation semble terminée.

Mais le groupe parvient enfin à vendre à l’export le Rafale avec trois contrats signés en Égypte, au Qatar et en Inde, compensant au passage la baisse programmée des commandes de l’armée française. Et l’avion de combat est en lice dans

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant