Dassault Aviation : un nouveau départ boursier ?

le
0
Le Rafale de Dassault. (© S. Dupont / Armée de l'air)
Le Rafale de Dassault. (© S. Dupont / Armée de l'air)

Héritée d’Aérospatiale-Matra, qui l’avait lui-même récupérée après la nationali­sation partielle de 1981, la présence d’Airbus Group au tour de table de Dassault Aviation est en passe de faire partie de l’Histoire. L’ex-EADS s’est, en effet, quasiment désengagé de l’avionneur familial grâce à une opé­ration expresse en trois phases : d’abord, le placement de 9% du capital auprès d’investisseurs institutionnels, puis le rachat de 5,5% par Dassault Aviation et, enfin, pour le reliquat (9%), l’émission d’obligations remboursables en actions Dassault Aviation à un horizon de cinq ans.

À compter de décembre prochain, Dassault Aviation pourra annuler ses titres détenus en propre, soit 10% du capital. Le fabricant du Rafale, qui avait déjà annulé 10% de son capital fin 2014, devrait alors voir la part du public monter à 28%, contre 62% pour le holding de la famille Dassault. Il y a deux ans, le flottant était de moins de 3%.

L’Arlésienne du contrat indien

Cette opération va permettre d’améliorer grandement la liquidité du titre Dassault Aviation, qui devrait a priori être prochainement propulsé dans les indices CAC All-Tradable et SBF 120. Désormais réalisée pour l’essentiel alors que sa menace planait sur le cours, la cession de la participation d’Airbus Group n’a cependant pas apporté de bouffée d’oxygène à un titre mal orienté.

Après un parcours de haute volée

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant