Dassault Aviation ne livrera que 50 jets Falcon en 2016

le
0
DASSAULT NE LIVRERA QUE 50 FALCON AU LIEU DES 60 PRÉVUS
DASSAULT NE LIVRERA QUE 50 FALCON AU LIEU DES 60 PRÉVUS

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

SAINT-CLOUD (Hauts-de-Seine) (Reuters) - Dassault Aviation a annoncé jeudi qu'il ne livrerait que 50 jets Falcon cette année au lieu des 60 prévus, tirant les conséquences de la faiblesse de ses perspectives commerciales.

"On est presque un miroir de la macroéconomie", a observé son PDG Eric Trappier lors d'une conférence de presse, citant la crise au Brésil, le ralentissement en Chine et la baisse des recettes pétrolières des pays producteurs, auxquels se sont ajoutées les interrogations sur les conséquences du Brexit.

Eric Trappier avait dit en mai à Reuters que l'objectif de 60 livraisons serait "difficile" à réaliser.

"On s'installe dans un niveau bas pour un certain temps (...) en termes de production", a-t-il expliqué jeudi.

En conséquence de cette faiblesse du marché, Dassault Aviation et ses concurrents (l'américain Gulfstream, le canadien Bombardier et le brésilien Embraer) se livrent à une guerre des prix qui entraîne aussi une dépréciation des avions d'occasion, a également souligné Eric Trappier.

Après avoir reçu les autorisations nécessaires aux Etats-Unis et en Europe, le Falcon 8X entrera en service au quatrième trimestre, en ligne avec le calendrier de Dassault.

Le Falcon 5X ne devrait quant à lui entrer en service qu'au premier semestre 2020 au lieu de fin 2017 - un nouveau planning communiqué en mars - à cause de difficultés du moteur Silvercrest de Snecma (Safran).

Eric Trappier a précisé que son groupe discutait avec Safran pour s'entendre sur des compensations à la suite de ce retard.

Au premier semestre, Dassault Aviation a réalisé un chiffre d'affaires quasi-stable de 1,662 milliard d'euros, contre un consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 1,15 milliard.

Le groupe a confirmé prévoir une baisse de son chiffre d'affaires cette année.

Son bénéfice opérationnel ressort à 125 millions d'euros au premier semestre (consensus 143 millions), donnant un taux de marge opérationnelle de 7,5% contre 8,6% un an plus tôt.

Airbus Group a lancé en juin la dernière phase de son désengagement de Dassault Aviation.

Le constructeur du Rafale, qui espère en vendre 36 à l'Inde, a terminé les négociations sur ce contrat espéré de longue date et attend désormais la décision finale du gouvernement indien, a déclaré Eric Trappier.

Dassault Aviation a stabilisé sa production de Rafale à deux par mois et pourra monter à trois en cas de nouveaux contrats à l'export, a-t-il réaffirmé, précisant que le rythme pourrait revenir à un si le contrat indien tardait.

(Edité par Benjamin Mallet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant