Darty demande à la Fnac d'améliorer son offre avec du cash

le
0
DARTY VEUT QUE LA FNAC AMÉLIORE SON OFFRE DE RACHAT
DARTY VEUT QUE LA FNAC AMÉLIORE SON OFFRE DE RACHAT

PARIS (Reuters) - Darty a annoncé lundi qu'il demandait à la Fnac d'améliorer son offre de rachat et d'y introduire une partie en numéraire.

Le distributeur de petit électroménager et d'électronique grand public a précisé qu'il prolongeait jusqu'au 11 novembre le délai d'examen "d'une offre améliorée du groupe Fnac".

Pendant cette période, son conseil "se penchera sur l'opportunité d'introduire un paiement en espèces (..), une compréhension détaillée des synergies attendues, la faisabilité de la transaction et la protection des intérêts de Darty".

Personne n'était joignable dans l'immédiat auprès de la Fnac après cette annonce.

La Fnac a dévoilé le 30 septembre un projet d'offre sur Darty visant à former un leader français des produits techniques, électroménagers et culturels. Elle avait, conformément à la réglementation boursière britannique, jusqu'au 28 octobre 17h00 (heure de Londres) pour soumettre une offre ferme ou renoncer à cette acquisition.

Certains investisseurs s'étaient montrés sceptiques sur les modalités de cette offre, en particulier sur l'absence de composante en cash.

L'enseigne de produits culturels, qui s'est redressée et a vu son titre multiplié par 2,7 depuis son introduction en Bourse à 22 euros en juin 2013, est soucieuse de ne pas s'endetter.

"Le conseil ne validera pas une offre sans espèces et il y a des doutes sur les synergies", indique-t-on chez Darty.

"Dans l’hypothèse où le conseil ne serait pas en mesure d’atteindre un accord avec Fnac, il reste confiant dans la qualité et l’engagement de ses employés, ainsi que la capacité du management à poursuivre la mise en œuvre de la stratégie en tant que société indépendante et à créer ainsi de la valeur pour les actionnaires", ajoute Darty.

De son côté, la Fnac dit avoir le reçu un engagement irrévocable du fonds Knight Vinke Asset Management, premier actionnaire de Darty avec 14,34% du capital, et une lettre d'intention de soutien à l'opération de la part de DNCA Finance, qui en possède 6,66%.

Elle a aussi chiffré à "au moins 85 millions d'euros" le montant des synergies avant impôts qui pourraient être dégagées grâce au rapprochement des deux enseignes, un montant supérieur aux 70 millions d'euros évoqués par des analystes.

La Fnac se proposait de racheter Darty par échange de titres, à raison d'une action Fnac pour 39 actions Darty, valorisant cette dernière à 101 pence et représentant une prime de 27,4% par rapport à la clôture de la veille de l'offre.

A 16h25, le titre Darty était en baisse de 2,5% à 97,50 pence à la Bourse de Londres, pendant que la Fnac gagnait 0,27% à 59,66 euros sur Euronext.

L'opération pourrait poser des problèmes de concurrence et générer d'importantes suppressions d'emplois dans les sièges sociaux et les services informatiques et logistiques.

La Fnac disposait à fin 2014 d'un réseau de 186 magasins (dont 114 en France) et employait plus de 14.500 personnes. Darty compte pour sa part 400 magasins en Europe, dont la majorité en France où il réalise 70% de son chiffre d'affaires, et emploie 10.700 personnes.

(Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant