Dárdai, Pedigree Pál

le
0
Dárdai, Pedigree Pál
Dárdai, Pedigree Pál

Quatorze saisons en Allemagne (1997-2011) et 297 matchs au Hertha dont 44 rencontres européennes, une épopée en Ligue des champions (99-2000), deux Pokal (2001, 2002) et des adieux inondés de "danke". Appelé tel le Messie sur le banc de l'Olympiastadion début 2015, le Magyar Pál Dárdai a éjecté Wolfsburg du troisième rang juste avant la trêve et propulsé les Berlinois sur le podium de la Bundesliga. Si Die Alte Dame rejoue la C1 en définitive, elle devra une bien fière chandelle à son "Pali".

15 mai 2011. Le Hertha Berlin, déjà champion de 2. Bundesliga, affronte son dauphin Augsburg qui va lui aussi quitter la D2 teutone. La saison s'achève. Les équipes trottinent. Score nul et vierge. Soudain, une clameur envahit l'Olympiastadion. But d'Adrián Ramos ? Sifflets dans l'Ostkurve ? Tout faux : un remplacement. Celui de Pál Dárdai par Patrick Ebert (du Rayo Vallecano, ndlr), précédé d'un "merci" sur l'écran géant. Dárdai sort à la 43e et 77 116 supporters acclament le néo-retraité. Qui, dans la foulée, s'offre un tour d'honneur sur le bord de la pelouse avec son fils de 5 ans juché sur ses épaules.

Gera, Born-Again Zoltán
C'est à Pécs, ville hongroise de basket féminin, où le Mizo ultradomine les débats nationaux dans les nineties et se frite souvent avec Bourges en Euroligue, que Pál entame sa road to glory à quinze balais à peine. Lorsqu'il débarque au Pécsi Mecsek, les Noir et Rouge ont une Coupe de Hongrie (1990), deux titres de D2 (1959, 1977), un 32e de finale d'UEFA planté face au Feyenoord (2-1 sur l'aller-retour, saison 86-87) et un premier tour de Coupe des coupes 90-91 paumé 3-0 contre les Red Devils dans la musette. Moins clinquant que l'inénarrable Ferencváros TC, mais pas dégueu pour autant à l'échelle magyare.

Monsieur 500 000 marks


Doué, Dárdai attire l'œil du BVSC, collectif fondé par des cheminots budapestois à l'aube de la Grande Guerre (1911). Le maillot bleu roi et jaune des "Vasutas" reprend les coloris de la MÁV, la SNCF hongroise. Pál l'enfile au mercato d'hiver 95-96. Préposé à la récupération, il marque trois fois en vingt-deux apparitions, termine vice-champion à cinq longueurs du Ferencváros et perd au finish la Magyar Kupa après une double confrontation serrée avec le Honvéd. Tout ça en douze mois. Alertés, les chasseurs de tête du Hertha (dont Bernd Storck, futur coach de la Hongrie qui succèdera à Dárdai) l'approchent. Die Alte Dame s'emploie à remonter en Bundesliga et convainc le talent pécsois de tenter l'aventure. Les boss du BVSC lâchent leur milieu défensif pour 500 000 Deutschmarks en janvier 97. À contrecœur. Dárdai se…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant