Dante, la descente aux enfers

le
0
Dante, la descente aux enfers
Dante, la descente aux enfers

Le défenseur brésilien, l'un des hommes de base du triplé du Bayern en 2013, n'est plus que l'ombre de lui-même cette saison. Entre mauvaises prestations et passes d'armes avec Pep Guardiola, Dante Bonfim Costa Santos paye surtout le fait d'être rentré en Bavière l'été dernier après avoir pris 7-1 au pays par ses coéquipiers de club. C'est du moins son avis, et il a du mal à s'en remettre.

Samedi 7 mars 2015. 32e minute de match entre Hanovre 96 et le Bayern Munich. Mini-surprise au tableau d'affichage puisqu'il indique 1-1 entre les deux formations. Nouvelle mini-surprise, Pep Guardiola effectue son premier changement. Dante, fautif sur le but de Kiyotake, cède sa place à Robert Lewandowski. Le Brésilien grimace, son entraîneur ne lui serre même pas la main. Fin du match. Pep Guardiola invoque, en conférence de presse, des raisons purement tactiques pour justifier sa décision. " Je n'ai pas aimé ce que j'ai vu en première période de la part de toute l'équipe. J'ai donc procédé à un changement ", a-t-il tenté d'expliquer. Mais personne n'est dupe et surtout pas Dante. Ce n'était pas l'équipe qui était visée par ce remplacement, mais bien lui. Et pour cause, depuis des mois le défenseur central n'est plus que l'ombre de celui qu'il était il y a encore un an. Sa prestation contre Hanovre, où il a perdu 6 duels sur 11, n'en est que le dernier et plus triste exemple. Avant ça, il y a eu bon nombre d'autres mauvais matchs, notamment celui contre Wolfbsurg où, complètement incapable de contenir Kevin De Bruyne, ce dernier avait eu le champ libre pour dynamiter le Bayern. Et si son temps de jeu était resté très correct jusqu'il y a quelque temps – du moins en championnat où il a joué 13 matchs en entier – la lune de miel semble bel et bien terminée entre le Rekordmesiter et le Brésilien, maillon faible d'une défense qui n'a pourtant encaissé que 11 buts en Bundesliga.
Descente rapide du piédestal
Pendant très longtemps, Dante semblait être une des meilleures affaires jamais réalisées par le Bayern. Arrivé à l'été 2012 pour un peu moins de 5 millions d'euros en provenance du Borussia Mönchengladbach, le chevelu avait su profiter des absences de Holger Badstuber (a fortiori de Javi Martínez) pour s'imposer et former une robuste charnière centrale en compagnie de Jérôme Boateng. Après une première partie de carrière chaotique, le Brésilien semblait enfin avoir trouvé une certaine plénitude. Avec l'arrivée de Guardiola, les choses n'ont pas vraiment changé, du moins au départ. Si l'entraîneur catalan n'a pas hésité à crier sur tous les toits son amour pour Badstuber, qui selon ses dires est le meilleur défenseur avec lequel il n'a jamais travaillé, il n'a pas pu utiliser l'Allemand bien...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant