Danse avec la Superloupe

le
0
Danse avec la Superloupe
Danse avec la Superloupe

Il est supporter marseillais et il a su se faire adopter par la grande tribu de la réalisation sportive parisienne. Aram Novoyan est aussi l'homme qui a su transformer le ralenti en art. Portrait de ce virtuose de 52 ans, pas toujours objectif.

Pour Aram Novoyan, tout est question de temps : "Je n'ai que 20 minutes maximum à vous accorder. C'est bon ?" Entre Roland Garros, le Grand Prix de Monaco, la finale de Coupe de France et la finale de la Ligue des champions, il est donc plutôt en accéléré. Il n'a que très peu de temps pour lui. Et encore moins pour les autres. Mais en déplacement ou entre deux rendez-vous, il trouve quand même le temps de se poser, de dilater les minutes, pour partager ses passions. La première : le sport en général : "C'est ce qui m'a amené à faire du ralenti sur les matchs, l'invention de la Superloupe n'est arrivée que bien plus tard lorsque j'ai appris à apprécier une belle image de sportif en action." La seconde : l'Olympique de Marseille. Et pour bien le comprendre, il s'agit de rembobiner au début de sa carrière.

Magnétoscope et bandes magnétiques


Alors qu'il admire, adolescent, Michel Denisot et Pierre Cangioni sur TF1, il se voit plutôt journaliste sportif en presse écrite, car les métiers de la télévision lui semblent, à la fin des années 70, inaccessibles.
"Les tacles un peu trop appuyés de joueurs de l'OM passaient rarement à l'antenne... Mais bon, les réalisateurs n'étaient pas dupes"
Il finit tout de même par suivre une formation de technicien vidéo et par travailler en tant "qu'opérateur ralenti freelance" pour deux entreprises marseillaises en lien avec Canal +, situé à Paris. Un péché pour le supporter : Les équipes de réalisation venaient majoritairement de Paris et nous regardaient quelquefois de haut tant la rivalité entre l'OM et PSG était vive. Alors les "locaux", comme on nous appelait, on ne donnait pas tout... Les tacles un peu trop appuyés de joueurs de l'OM passaient rarement à l'antenne... Mais bon, les réalisateurs n'étaient pas dupes.


"Pour proposer un ralenti au réalisateur, il fallait arrêter l'enregistrement. Et pendant ce temps-là, on pouvait manquer des buts, ou un carton rouge"
Car à…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant