Dans une voiture sans chauffeur d'Uber: nerveux... puis impressionné

le
0
Dans une voiture sans chauffeur d'Uber: nerveux... puis impressionné
Dans une voiture sans chauffeur d'Uber: nerveux... puis impressionné

C'est avec une certaine nervosité qu'on s'assoit pour la première fois dans une voiture autonome d'Uber, mais après avoir vu la machine à l'oeuvre, on se détend progressivement, impressionné par les capacités de ces véhicules qui pourraient représenter l'avenir de l'automobile.Arrivés à un stop, c'est à nous de nous engager, mais la voiture en face nous coupe la route. Le technicien d'Uber assis à la place du conducteur pour parer toute urgence saute sur le volant pour éviter l'accident... mais c'est tout à fait inutile.Bardée de capteurs et de systèmes informatiques pointus, la Ford Fusion autonome d'Uber a repéré la manoeuvre cavalière du conducteur pressé et a freiné toute seule sans problèmes.Une fois l'obstacle passé, elle reprend gentiment sa route pré-programmée pour nous conduire à destination dans le dédale des rues de Pittsburgh avec ses collines escarpées, ses vieilles rues étroites et ses autoroutes en pagaille.De manière remarquable, il semble y avoir moins d'incidents de ce type dans une voiture autonome que dans un véhicule conduit par un être humain.Un technicien est assis sur le siège du conducteur, les mains à quelques millimètres du volant. A sa droite, un bouton rouge d'arrêt d'urgence. Juste au cas où.Mais une fois passée la nervosité des dix premières minutes, on découvre que cette machine semble vraiment savoir ce qu'elle fait.La voiture circule à un train de sénateur, comme conduite par un aimable grand-père, elle garde de confortables distances de sécurité et s'arrête bien derrière les autres.Elle décolle parfois avec un peu plus d'aplomb d'un stop, d'autres fois beaucoup plus doucement. La plupart du temps les décélérations sont progressives et ne rendront pas les passagers malades. Avec quand même de rares coups de freins plus brusques, sans raison apparente.La voiture autonome est calme et patiente et elle met ses clignotants pour tourner. A l'inverse de beaucoup de conducteurs...- Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant