Dans un village isolé d'Alsace, le médecin consulte par webcam

le
2
Dans un village isolé d'Alsace, le médecin consulte par webcam
Dans un village isolé d'Alsace, le médecin consulte par webcam

Stéthoscope électronique relié à internet, smartphone pour examiner le fond de la gorge, diagnostic par webcam: à Oberbruck, village isolé d'une vallée vosgienne, les patients consultent le médecin... à distance, une innovation destinée à pallier le manque de praticiens en milieu rural.Dans le cabinet médical fraîchement inauguré, entre un bureau de Poste et une supérette, c'est une infirmière qui reçoit les patients, prend leur tension ou leur température, et manie les instruments destinés à examiner les oreilles ou le nez - voire, si nécessaire, un échographe.Le généraliste dialogue avec le malade, mais n'apparaît que sur l'écran de l'ordinateur: muni d'un casque et d'un micro, il mène sa consultation depuis un autre cabinet médical, à plusieurs kilomètres de là, via un dispositif de "télémédecine"."Vas-y Lucas, tousse encore", demande ainsi le Dr Thierry Castera à un petit garçon de 10 ans, venu avec sa mère en raison d'une toux persistante. Fort des données et images recueillies, le médecin prescrit des antibiotiques. L'infirmière n'a plus qu'à imprimer l'ordonnance, transmise par internet."Le médecin a pu l'ausculter correctement, donc pour moi c'est pareil", se félicite Stéphanie Fellmann, la mère du jeune Lucas. Sans ce dispositif, "j'aurais dû attendre des heures pour avoir un rendez-vous et faire plusieurs kilomètres", ajoute-t-elle.- Impossible de palper le patient -Pour le Dr Castera, il s'agit d'une "consultation de premier recours", qui permet "soit de régler le problème, soit de passer rapidement la main" à d'autres professionnels. L'une des seules lacunes, selon lui, est l'impossibilité de palper le patient - au niveau des ganglions, par exemple, dans le cas de Lucas. Ce qui n'empêche pas de "prescrire le traitement adéquat", assure-t-il.Ce dispositif très innovant a été proposé au maire d'Oberbruck par l'Asame, une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 2 mois

    On va enfin régler le problème de la SS et des retraites par ce biais, une espérance de vie qui va se rapprocher du tiers monde.

  • frk987 il y a 2 mois

    Même pour une bagnole le garagiste "normal" vous dit amenez le véhicule, mais pour un être humain....quelle importance, on n'ausculte pas, on ne tâte pas les ganglions, on prescrit antibiotiques et anti inflammatoires, de toute façon on ne connaît que ça d'efficace...et vogue la galère.