Dans quels draps se fout Guardiola ?

le
0

Membre de la liste indépendantiste, Pep Guardiola est d'ores et déjà l'un des protagonistes de la campagne des élections régionales catalanes. Un statut politique officiel qui conforte ses nombreuses prises de position passées, mais qui le plonge dans un houleux débat politico-démagogigue.

Le 6 juin, Berlin est blaugrana. Des maillots aux écharpes, des chaussettes aux casquettes, les couleurs du FC Barcelone entourent le stade olympique de Berlin. De même, une litanie de drapeaux jaune et rouge, parfois teintés de bleu, habitent ses travées. Ces esteladas, ou étendards de l'indépendance catalane, rayonnent tandis que le binôme Xavi-Iniesta soulève la coupe aux grandes oreilles. Une combinaison qui rend sa fierté à une certaine Catalogne, empreinte de velléité d'affranchissement vis-à-vis de l'Espagne, mais qui ne plaît pas à la bien nommée commission de contrôle, d'éthique et de discipline de l'UEFA. De fait, elle tance la direction azulgrana et lui inflige, depuis hier, une amende de 30 000 euros. La raison ? De "vilains hooligans" aux "comportements exquis" ont orné les tribunes de "drapeaux inappropriés". Une sanction qui ne plaît guère en Catalogne. Et en Bavière. Car depuis quelques jours, Munich compte en son sein l'un des membres de la liste indépendantiste des prochaines élections régionales. Pep Guardiola, autrement connu comme le coach du Rekordmeister, se veut également en protagoniste politique.

"Depuis notre clocher, on peut voir celui du voisin"


Les liens entre le natif de Santpedor et le combat indépendantiste ne date pas d'hier. Ni d'avant-hier. À dire vrai, son attachement à sa terre et ses racines ne s'est jamais démenti tout au long de sa carrière. Lors de sa dernière saison de joueur, alors qu'il milite aux Dorados de Sinaola mexicains, il déclare "ne pas pouvoir renier ce qu('il) sen(t), ce qu('il) aime" : "Moi, je me sens très lié à mon pays, à la Catalogne. Je me sens très lié à ce que je sens dans ma tête, dans mon cœur." Son changement de statut, de joueur à entraîneur, ne lui coupe pas la langue. Mieux, contraint à l'exercice des conférences de presse, il s'épanche à plus d'une reprise en faveur de l'indépendance. Sa plus célèbre tirade, il la réserve, comme un symbole, à une salle de presse du Santiago Bernabéu médusée : "Nous nous sommes relevés de nombreuses fois, en tant qu'équipe et en tant que pays, et nous nous sommes relevés, encore et encore Regardez, notre pays est si petit que de notre clocher, on peut voir le clocher du voisin." Une victimisation pour les uns, une vérité historique pour les…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant