Dans les rues du Caire avec les fréristes

le
0
REPORTAGE - Disciplinés, les partisans du président destitué Morsi ont engagé une épreuve de force avec les militaires.

Imaginez une avenue large, longue, sans arbres, sinistre comme le boulevard Mortier à Paris. C'est l'avenue Tayaran («avenue de l'aviation»), à Nasr City, banlieue est du Caire, construite bien après la mort du premier et du plus populaire dictateur militaire du monde arabe. Le macadam est bordé vers l'est par des murs entourant des camps militaires, l'état-major de l'armée de l'air et une annexe du ministère de la Défense ; vers l'ouest par des HLM bruns de poussière. On est au milieu d'un quartier militaire, construit sous Sadate en gagnant sur le désert. Paradoxalement, les Frères musulmans l'ont choisi pour en faire le fief de leur agitation en faveur du président Morsi, déposé par l'armée mercredi 3 juillet. Il est vrai que Nasr City, devenant, au fil des ans, de plus en plus pouilleuse, a été désertée par les familles d'officiers. La ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant