Dans le Var, cinq tortues bloquent un projet immobilier

le
2

La commune de Carcès (Var) doit faire face à un problème insolite. Cinq tortues d’Hermann ont été trouvées sur le terrain de construction d’un collège. Problème : il s’agit d’une espèce protégée.

Pour entraver la progression d’un projet ou d’un chantier immobilier, les arguments ne manquent pourtant pas: problèmes financiers, retards divers liés à des problèmes de normes, ou mésententes entre les différents acteurs... En plus de ces grands classiques, aucun chantier n’est à l’abri d’un ovni. Il y a quelques semaines, Le Figaro Immobilier vous racontait comment la construction de 81 logements prévue à Ivry-sur-Seine a été repoussée d’un mois pour permettre d’évacuer les hérissons occupant les lieux.

Cette fois-ci, c’est encore un animal qui fait reculer les grues et les pelleteuses. L’édition en ligne du journal Var-Matin rapportait aujourd’hui une information aussi improbable qu’amusante. Dans la commune de Carcès (Var), le projet de construction d’un collège était pourtant en bonne voie... jusqu’à ce que cinq tortues d’Hermann soient découvertes pile sur le terrain - d’une superficie de 3,5 hectares - où doit être construit le futur collège.

Problème: ces tortues sont une espèce protégée. Impossible, donc, de construire quoi que ce soit sur un terrain où elles ont élu domicile. L’atteinte à une espèce protégée est soumise à l’obtention préalable d’un arrêté préfectoral de dérogation en application de l’article L411-2 du code de l’environnement.

35 hectares nécessaires pour les protéger

«Sans organiser le déplacement de ces tortues, impossible d’obtenir le permis de construire pour ce collège et de commencer les travaux», explique au Figaro la mairie de Carcès. Et puisqu’un problème n’arrive jamais seul, il se trouve que cette espèce de tortue a besoin d’un espace de protection de... 35 hectares. Un chiffre conséquent, confirmé par la mairie. Mais une solution serait en passe d’être envisagée, toujours selon Var-Matin: le village voisin de Cabasse serait prêt à mettre à disposition 35 hectares de sa forêt communale à la disposition des cinq tortues, selon le maire de Carcès.

Une issue qui mettrait tout le monde d’accord. Le conseil départemental du Var porte donc actuellement un projet d’opération de sauvetage des tortues d’Hermann présentes sur le terrain de construction, en vue de les relâcher dans la plaine des Maures. Une opération qui permettra en outre de renforcer certaines populations de tortues affaiblies par les incendies et d’améliorer les connaissances sur l’espèce. La réalisation de ce projet implique la perturbation, la capture, le transport et le relâcher d’une espèce animale protégée, la tortue d’Hermann.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • agavois1 le mardi 1 déc 2015 à 10:13

    déplacer des tortues c'est quand même compliqué ! quoique notre administration a la même vitesse que ces bestioles....

  • M348281 le lundi 30 nov 2015 à 21:00

    Et l'homme, n'est'il pas aussi une espèce protégée !