Dans le Sud, l'immobilier ancien se vend à prix très doux

le
1

INFOGRAPHIE - Chaque semaine, Le Figaro Immobilier vous présente avec le Crédit Foncier le portrait immobilier d’une région. Cap sur le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées où le mètre carré vaut 1000 euros de moins que la moyenne nationale.

C’est la région la plus dynamique de France pour sa démographie: sa population a augmenté de 23% entre 1990 et 2014! Avec ses 5,6 millions de résidents, la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est résidentielle et touristique dans tous ses départements, sauf en Haute-Garonne, qui est beaucoup plus industrialisée, notamment dans l’aéronautique. Dans l’ensemble, la région compte 79 habitants au kilomètre carré, et est portée par des villes comme Toulouse - où vit quasiment un demi million d’habitants - Montpellier, Nîmes, ou Perpignan.

Si la population de la région a autant augmenté - alors que le taux de natalité est lui inférieur à la moyenne nationale - c’est pour une raison très simple: c’est la deuxième région de France en termes de créations d’emplois! Au total, la région compte près de 3,2 millions de logements, répartis de manière égale entre l’ancienne région Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées. Les logements (qui sont à 62% des maisons) représentent 10,1% du parc national, selon l’étude du Crédit Foncier.

61% de propriétaires, et des prix inférieurs à la moyenne nationale

Qui sont les habitants de la région LRMP? A 61%, il s’agit de propriétaires, soit une part légèrement supérieure à la proportion moyenne en France, qui est de 59%. Quant aux prix de l’immobilier, ils sont eux nettement inférieurs à la moyenne nationale. Dans l’ancien, on observe une différence d’environ 1000 euros au mètre carré: 2261 euros le mètre carré dans la région contre 3211 euros sur l’ensemble du territoire. Pour les logements neufs, la différence est moins flagrante. On achète en moyenne à 3056 euros le mètre carré dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées contre 3655 euros en France.

Autre caractéristique de la région, la forte présence de résidences secondaires (16%) par rapport au reste du pays (10%). Quant aux prix de l’immobilier, s’ils sont restés stables durant l’année 2014 dans le neuf, la tendance est baissière dans l’ancien en termes de volumes comme de prix! À Perpignan, on peut acheter à 1900 euros le mètre carré, contre 3100 euros à Montpellier, et 2500 euros à Toulouse.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • md24750 le mardi 30 juin 2015 à 13:03

    Dans le sud ??? .....de Melun ?